Bienvenue sur SCFM
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vous êtes bienvenue sur le forum si vous décidez de vous y inscrire ! N'hésitez pas à en parler autour de vous !

Partagez | 
 

 You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
CHASSEUR
Présence sur le forum : Présent
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2017
Localisation : Hébergé chez le comte Phantomhive
MessageSujet: You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John   Mar 12 Sep - 13:10



FEAT. Joah & John
Codage fait par ©️PAINDORE sur APPLE SPRING

Londres. Capitale de l'Empire britannique. Réputée comme l'une des plus grandes villes d'Europe. Moderne, industrielle. L'avenir de la nation entière semble s'être jouée dans ces rues. Pôle d'Histoire, d'Art, rassemblement de cultures. Urbanisme poussé à l'extrême. Tout ça et bien joli. Vraiment. Mais la météo est exécrable.

Un épais brouillard, comme sorti d'outre-tombe, agace le pauvre américain, fraîchement débarqué sur les quais depuis la Tamise. Brouillard ou fumée provenant de ces grosses usines des quartiers industriels? Il ne saurait dire. L'air est piquant. Étouffant. Mais incroyablement frai et humide. L'homme ressert son col, avant de renfoncer son chapeau sur sa tête. Il attrape une branche de ses lunettes teintés, avant de les ranger dans sa poche de manteau.

C'est à y regarder à travers un cul de bouteille.

John vient regarder autour de lui, personne dans ce brouillard sans fin, avant de saisir sa carte de Londres, et de l'observer en détail. Il a beau la tourner dans tout les sens, il ne saisi pas où il se situe. Sur le bord de la Tamise, ça c'est certain. L'eau semble bien calme et inoffensive dans ces contrées. Il ne risque pas de croiser un de ces crocodiles, pas vrai ? Oh sinon, il ne donnerait pas cher pour sa peau, avec cette température.

Weston ... Weston ... quel est l'imbécile qui m'a refourgué c'plan ?

Pas un sourire sur le visage ne lui vint, alors qu'il se rappelait. John Brown, palefrenier de la Reine, avait pourtant été précis. Suivre la tamise jusqu'au Weston Collège à la sortie de la ville côté ouest, comme indiqué sur le télégramme du comte Phantomhive. Oui mais voilà. Facile facile, c'était vite dis. Il fallait savoir de quel côté le longer. Et il avait l'impression que des kilomètres le séparaient de là. La brume ne l'aidait pas non plus à y voir clair. Il sentit quelque chose l’effleurer au niveau de sa jambe. C'était la lettre avec le cachet de la reine qui venait de tomber à côté de sa grosse malle.

Manquerait plus que j'perde mon passe-droit tiens ...

Il s'abaissa pour la rattraper, venant la garder précieusement dans sa main. Une ombre passa dans son champ de vision, il profita de l'occasion.

Hey vous ! J'dirais pas non à un coup d'main l'ami! Ça doit faire vingt bonnes minutes que j'poireaute dans cette purée d'pois. J'serais jamais à dix heures à mon rendez-vous sinon. Vous allez pas laisser un étranger sur le carreau dites ?


You and I, my Double Jo' ~ ♫



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PEINTRE
Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 19
Date d'inscription : 06/09/2017
Localisation : Sud de Londres.

Votre personnage
Espèce: humaine
Jauge d'âme:
500/1000  (500/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John   Lun 18 Sep - 11:50

ft. John McKayne
Sale temps pour débarquer à Londres ♪
You and I, my Double Jo' ~ ♫
Alors qu’un soupir s’échappe de ses lèvres, Joah lève les yeux vers le ciel, indiscernable sous l’épaisse nappe de brouillard. Cela fait deux jours que Londres est ainsi ; grise, froide et humide, les rayons du soleil ne venant faire leur apparition qu’à de rares moments, en fin d’après-midi. Puis, la nuit, tout recommence. La lueur des réverbères s’en retrouvait même masquée par endroit. Cette nuit, la peintre avait pu assister à la mise en place de ce brouillard impénétrable. Pelotonnée sur le rebord de la fenêtre, à attendre un sommeil qui ne venait pas, ses yeux gris s’étaient perdus dans la brume. Cette nuit encore avait été frappée d’insomnie. La rouquine compte désormais presque quarante-sept heures éveillées, sans sommeil consistant. Ce soir, peut-être acceptera-t-elle la médecine de Mrs Grey. Enfin… pour le moment, la caféine fait son effet. Il est encore tôt, et rien ne pourrait la départir de son sourire, qu’elle force sur ses lèvres comme pour se convaincre qu’aujourd’hui sera une bonne journée. Joah déteste le brouillard. Pour un voyageur, il s’agit de la chose la plus dangereuse. Le brouillard efface le chemin et déroute ceux qui errent. Combien de fois est-elle restée transie de froid, à attendre que celui-ci se lève ? Trop pour pouvoir les compter.

Prenant une profonde inspiration, qui emplit ses poumons d’un air frais, presque piquant, la jeune femme quitte le perron de son immeuble, marchant d’un pas vif à travers les rues. Elle serre son long manteau sombre autour d’elle, alors que les talons de ses bottes claquent sur les pavés. Pas d’écharpe en cette journée froide ; déjà, elle ne l’a pas retrouvée. Ensuite, elle n’a pas eu le temps de la chercher. Le bateau devrait bientôt accoster, si ce n’est déjà fait, et l’objet que la peintre compte récupérer est bien trop précieux pour qu’elle ne laisse aux marins le soin de le débarquer. La jeune femme se hâte ; atteignant les quais en vingt-six minutes exactement. Ici, le brouillard s’est intensifié. Est-ce dû à la Tamise, ou à a fumée des industries qui la borde ? Joah ne saurait dire. Il est difficile de distinguer quoi que ce soit, ici. Heureusement, la danoise a mémorisé les lieux. Ne reproduisant plus les erreurs d’avant, Joah connait désormais Londres comme sa poche. Surtout la structure de ces quais. Et elle sait où se trouve ce fameux bateau.

« Vous l’avez ? »

Le marin se retourne, surpris par la voix qui l’interpelle. Prêt à envoyer balader l’individu, avant de reconnaitre la peintre. Un halo incendiaire encadrant une tenue d’homme. Des lèvres rouges, esquissant cet éternel sourire un peu moqueur, narquois, hautain, certains jours. Il acquiesce.

« Vous n’y avez pas touché, j’espère. »
« Pas plus que nécessaire. »

Hochant la tête d’un air satisfait, l’étrangère lui remet une poignée de pièces dans la main, avant de monter à bord de l’embarcation. Cherchant du regard son bien, celui-ci est posé sur une caisse. Solidement maintenu, mais de sorte à ce que rien ne puisse l’abimer. Joah défait les cordes, et s’empare du tableau emballé dans une épaisse toile. Un autre sourire, plus authentique, étire ses lèvres alors qu’elle pose pied sur la terre ferme. Voilà un mois qu’elle attendait que l’on rapatrie l’œuvre.

Se remettant en route, le cadre de bois sous le bras, l’artiste se perd un instant dans ses pensées. Que doit-elle faire, aujourd’hui ? Vincent se trouvera chez son précepteur. Elle n’a aucun rendez-vous de prévu, et avec ce brouillard… se promener dans Londres lui semble sans intérêt. Passer la journée cloîtrée chez elle lui semble cependant être une perspective déprimante. Il lui faudra trouver le bon livre, ou une idée lumineuse, pour transformer la journée en quelque chose de moins maussade. Peut-être pourrait-elle porter cette toile chez son galeriste, aussi.

« Hey vous ! J'dirais pas non à un coup d'main l'ami! Ça doit faire vingt bonnes minutes que j'poireaute dans cette purée d'pois. J'serais jamais à dix heures à mon rendez-vous sinon. Vous allez pas laisser un étranger sur le carreau dites ? »

La rouquine sursaute, brusquement sortie de ses pensées. Tournant la tête pour regarder autour d’elle, Joah distingue la silhouette de l’homme l’ayant interpellée. Il n’y a pas âme qui vive sur ces quais, à part eux. Qui est-il ? A son accent, et bien avant qu’il ne le laisse entendre, la jeune femme a deviné qu’il s’agit d’un étranger. Cette façon de parler… américain ? Joah s’approche, assez pour pouvoir le voir clairement désormais. Un sourire étire ses lèvres.

« Bonjour, monsieur. Sale journée pour débarquer à Londres, n’est-ce pas ? »

Son regard perçant se baisse un instant sur la malle de l’individu, puis la lettre qu’il tient dans sa main. Frappée d’un sceau. Sûrement en rapport avec ce fameux rendez-vous. Joah observe l’homme avec curiosité. Il ne s’agit pas d’un simple voyageur. A en croire sa tenue, sa malle et ce cachet, il doit avoir des moyens. Mais personne n’est là pour l’accueillir. La peintre rajuste la position de sa toile, sous son bras.

« Où devez-vous aller ? Je vais vous aider. Par un tel temps, et lorsqu’on est étranger à la ville, il est impossible de se repérer correctement ici. »


Jeg taler ind #9999cc
Thème de Joah ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CHASSEUR
Présence sur le forum : Présent
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2017
Localisation : Hébergé chez le comte Phantomhive
MessageSujet: Re: You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John   Jeu 28 Sep - 10:02



FEAT. Joah & John
Codage fait par ©️PAINDORE sur APPLE SPRING

L'ombre que John avait d'abord pris pour un homme, d'assez bonne carrure, était en fait une jeune femme, doté d'une chevelure flamboyante, portant avec elle un tableau. Sa beauté, sa silhouette, ses formes, n'était pas sans lui rappeler une femme en particulier, qu'il avait connu il y a des années de cela. John inclina légèrement la tête, en tenant son chapeau, saluant cet ange venu de nul part.

Bonjour, monsieur. Sale journée pour débarquer à Londres, n’est-ce pas ?


Elle sembla le jauger du regard, avant de rajuster sa toile sous son bras. Elle n'avait pas l'air plus surprise que cela de voir un américain débarqué. Et elle semblait très polie. Une chance de rencontrer quelqu'un de la sorte. Il avait longtemps entendu des à-priori sur les anglais ... et les anglaises ! Il avait eu d'abord peur qu'elle ne le plante et fasse demi-tour, de peur qu'il ne lui saute dessus ... on sait jamais.

Où devez-vous aller ? Je vais vous aider. Par un tel temps, et lorsqu’on est étranger à la ville, il est impossible de se repérer correctement ici.

J'vous le fais pas dire m'dame. C'est bien gentil à vous d'aider un pauvre ricain comme moi, paumé dans tout ce fatras.

Laissant sa malle exactement là où il l'avait posé, il s'approcha d'elle, lui montrant plus en détail un autre papier, et sa carte. Gardant précieusement la lettre de la reine, dans son autre main. Il n'était pas difficile de reconnaître le cachet.

Spoiler:
 

M'voyez, le souci c'est que je sais déjà pas où j'suis. Et je sais pas trop non plus quelle heure il est. Y a un sacré décalage par ici ... je dois me rendre à un collège, ou je sais pas quoi ... Weston que ça s'appelle. Vous avez surement vos mômes qui y sont, M'dame, vous savez où ça se trouve ?
You and I, my Double Jo' ~ ♫



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PEINTRE
Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 19
Date d'inscription : 06/09/2017
Localisation : Sud de Londres.

Votre personnage
Espèce: humaine
Jauge d'âme:
500/1000  (500/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John   Dim 1 Oct - 13:29

ft. John McKayne
Sale temps pour débarquer à Londres ♪
You and I, my Double Jo' ~ ♫
« J'vous le fais pas dire m'dame. C'est bien gentil à vous d'aider un pauvre ricain comme moi, paumé dans tout ce fatras. »

A ces mots, l’homme s’approche d’elle, laissant sa malle sur le sol. Le sourire de Joah, discret jusque-là, s’étire, retrouvant la chaleur qui le caractérise. Rendre service à quelqu’un… voilà qui pourrait occuper sa journée, au moins une courte partie. Si l’inconnu est, de toute évidence, au moins un bourgeois, sinon un noble, elle ne retrouve pas dans sa façon de parler toute la retenue et les manières propres à cette classe. Sa façon de s’exprimer était plus authentique. Cela venait certainement du fait qu’il n’était pas anglais ; à la longue, voir tout le monde parler avec tant de précautions avait quelque chose d’épuisant. La familiarité dont il fait preuve a quelque chose de rafraichissant, dans le climat guindé dans lequel Joah évolue la plupart du temps. Bien qu’il ait semblé un peu étonné de se retrouver face à une femme, au final… il avait dû la prendre pour un homme, avec ce brouillard.

Le regard de Joah se porta sur la carte et le papier que l’homme lui montra, alors qu’elle reconnaissant le sceau de la reine sur la lettre qu’il avait en main. Un invité de Sa Majesté ? Le sceau sur l’autre papier appartenait à la maison Phantom… qui apparemment, hébergerait l’étranger durant son séjour. Un invité de marque donc.

« Une invitation de Phantomhive. Rien que ça. »

La danoise esquisse un sourire narquois, reportant finalement son attention sur l’homme, qui semble tout concentré sur la carte. Elle note son nom dans un coin de sa mémoire. John McKayne. Très américain comme patronyme, en effet.

« M'voyez, le souci c'est que je sais déjà pas où j'suis. Et je sais pas trop non plus quelle heure il est. Y a un sacré décalage par ici ... je dois me rendre à un collège, ou je sais pas quoi ... Weston que ça s'appelle. Vous avez surement vos mômes qui y sont, M'dame, vous savez où ça se trouve ? »

Joah jette un coup à la montre à gousset dissimulée dans sa poche, avant de regarder à nouveau la carte. Elle s’y penche, traçant du bout des doigts la route qui relie Weston à leur location.

« Il est 9h00. Weston est un peu plus à l’ouest, si on longe la Tamise comme ça… vous pourrez y être à temps. »

Sa réflexion la fait rire. Elle secoue la tête.

« Weston est un collège pour les nobles. Je n’ai ni les moyens, ni réellement l’envie d’y mettre mon fils. Mais je sais où il se trouve. Je peux vous y emmener. »

La jeune femme sourit, regardant autour d’eux. Puis son regard se porte une seconde fois sur le papier, comme pour s’assurer de son nom.

« John McKayne, donc ? Enchantée. Je suis Joah Andersen. J’espère que le temps Londonien ne vous aura pas rebuté quant à l’Angleterre. » Elle lui fit signe. « Si vous voulez, nous pouvons nous mettre en route. »



Jeg taler ind #9999cc
Thème de Joah ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CHASSEUR
Présence sur le forum : Présent
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2017
Localisation : Hébergé chez le comte Phantomhive
MessageSujet: Re: You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John   Jeu 5 Oct - 10:24



FEAT. Joah & John
Codage fait par ©️PAINDORE sur APPLE SPRING

A l'évocation de la famille Phantomhive, et de la vue de l'invitation, elle fit une remarque qui attira l'attention de John. Ce clan devait être sacrément réputé pour que les gens le reconnaisse. Surtout, qu'elle n'avait pas l'air de faire parti de la noblesse. Ces gens là étaient beaucoup trop guindés, en effet, encore plus pour s'approcher d'un étranger et l'aider. Non, elle faisait parti du peuple. Une particularité qu'il pouvait apprécier. Pour autant elle n'était pas non plus sans le sous...

Elle sortit alors de sa poche une montre à gousset, venant observer sa carte.

Il est 9h00. Weston est un peu plus à l’ouest, si on longe la Tamise comme ça… vous pourrez y être à temps.

Elle lui montra, et il comprit mieux où il était sur la carte. Ouf. Heureusement il lui restait encore un peu de temps pour parvenir à l'heure à son rendez vous... ça le foutait mal s'il ne se présentait pas. Ou pire. Qu'il se perdait et qu'il serait obligé de se rendre à Buckingham pour retrouver son chemin et demander les Charles. Tsss. La honte quoi.

Weston est un collège pour les nobles. Je n’ai ni les moyens, ni réellement l’envie d’y mettre mon fils. Mais je sais où il se trouve. Je peux vous y emmener.  

Oh. Elle ne fut pas réellement gêné ou en colère de cette suggestion. Il ne savait absolument pas qu'il existait des écoles pour les nobles uniquement. Cela devait être horrible. Il espéra qu'il y avait au moins des écoles pour les enfants plus pauvres ... sinon que deviendrait-il ? Travaillaient-ils ... déjà ? John n'osa le penser ... même chez lui, au fin fond du Texas, dans chaque village, ils s'arrangeaient pour avoir une école et un instituteur. L'éducation était très importante ...

John McKayne, donc ? Enchantée. Je suis Joah Andersen. J’espère que le temps Londonien ne vous aura pas rebuté quant à l’Angleterre. Si vous voulez, nous pouvons nous mettre en route.

Une fois qu'il eut fini de se repérer, il préféra ranger ses papiers, et sa carte, venant prendre sa malle laissée sur le sol. Il eut du mal à la hisser sur ses épaules, la tenant comme il aurait porté un sac de coton. Sauf que, c'était beaucoup plus lourd, mais facile pour lui de la porter de cette manière. Tenant simplement la poignée au dessus de son épaule.

C'est bien aimable à vous, m'dame. On va dire que j'aurais préféré un meilleur temps, mais j'vais m'en contenter. J'vous avoue que j'ai un peu d'mal avec vot' noblesse aussi ... chez nous on naît tous égaux. Pas avec une cuillère en or dans la bouche. M'enfin ... ça empêchera jamais des hommes de se croire supérieurs aux autres ...

Et il n'était que trop bien placé pour le savoir. Les esclaves noirs américains étaient normalement tous libérés dans les Etats-Unis. Mais il existait encore une différence notable, dans certains états ... et le regard des gens, ici comme là-bas, n'était pas tout à fait les mêmes que de blanc à blanc. Ici même encore pire que là-bas. John avait vécu avec cette différence toute sa vie, et s'était fait heureusement une meilleure réputation dans son pays, qui l'avait avantagé. Mais ici, cela serait sans nul doute beaucoup plus difficile.

Il voulu se dire qu'il s'en moquait et que ça n'avait pas d'importance. Mais ce n'était pas toujours vrai.

You and I, my Double Jo' ~ ♫



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PEINTRE
Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 19
Date d'inscription : 06/09/2017
Localisation : Sud de Londres.

Votre personnage
Espèce: humaine
Jauge d'âme:
500/1000  (500/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John   Dim 8 Oct - 21:27

ft. John McKayne
Sale temps pour débarquer à Londres ♪
You and I, my Double Jo' ~ ♫
Joah regarde John hisser sa valise sur ses épaules ; la tenant simplement par la poignée. Elle lui aurait bien proposé son aide, mais le voyageur n’a qu’un seul bagage ; de plus, elle-même est déjà encombrée. La peintre regarde un instant cette malle qui semble si lourde et imposante ; se demandant ce qu’il a bien pu mettre dedans, pour qu’elle pèse autant. Enfin… pas que ce soient ses affaires. Mais la danoise est curieuse. Elle l’a toujours été. Un peu trop, peut-être. Pourtant, aucune question ne lui échappe. Il est bon, parfois, de spéculer sur des détails que l’on ignore… laisser tourner son imagination sera bien plus productif.

« C'est bien aimable à vous, m'dame. On va dire que j'aurais préféré un meilleur temps, mais j'vais m'en contenter. J'vous avoue que j'ai un peu d'mal avec vot' noblesse aussi ... chez nous on naît tous égaux. Pas avec une cuillère en or dans la bouche. M'enfin ... ça empêchera jamais des hommes de se croire supérieurs aux autres ... »

A ses paroles, et alors qu’ils se sont mis en route, Joah tourne la tête vers l’américain. Son regard se faisant un instant songeur. Que tous les hommes soient égaux… voilà son plus grand rêve pour l’humanité. Cependant, la bêtise humaine empêche cette utopie de se réaliser entièrement. La jeune femme se doute bien, que la vie n’a pas due être facile pour cet homme. Qu’il a dû se battre, bien plus que d’autres, pour prouver sa valeur, alors que certains semblent l’acquérir à la naissance, comme de droit. Tout cela est injuste. Seulement basé sur une caractéristique qui ne veut rien dire. Une couleur de peau. Elle n’ira pas mentir ; elle a été étonnée en l’apercevant pour la première fois. Il est peu commun de croiser des personnes à la peau noire, à Londres. Mais qu’importe ? La valeur d’un être ne se juge pas à son physique ; mais à ses paroles, ses actions. Lui a été bien plus agréable avec elle que la moitié de la population Londonienne en trois mois.

Sa réflexion sur la noblesse lui arrache un sourire. Puis, redressant légèrement le menton en arrière, Joah rit. Amusée. Bien que ce rire ait quelque chose de cynique, au fond. Elle pense exactement comme lui ; tout ceci est injuste ; l’argent n’a jamais prouvé la valeur de quiconque.

« Je suis bien d’accord avec vous. J’ai aussi beaucoup de mal à me faire aux nobles anglais. » Son sourire a quelque chose de malicieux désormais. « Des empotés. Qui ne savent rien faire d’autre que de donner des ordres à ceux qu’ils emploient. Et se sentent supérieurs, alors que leur seul talent est de savoir nommer l’artisan dont vient l’argenterie de leurs aïeuls. »

Puis, elle pose un doigt sur ses lèvres. Une mimique pour lui intimer une certaine discrétion ; bien que son regard pétille toujours.

« Mais chut ; il ne faudrait pas prendre le risque de les vexer. »

Joah sourit, continuant de le guider le long de la Tamise. La jeune femme fredonne un moment, regardant l’eau trouble, avant de se tourner vers lui, le regard curieux. Son expression avenante n’a pas disparue.

« Les Etats-Unis sont un grand pays. D’où venez-vous ? » Elle réfléchit un instant « J’ai eu l’occasion de m’y rendre, il y a quelques années, avec mon fils. Nous ne nous y sommes pas installés, mais New York m’a totalement dépaysée de l’Angleterre. Ce n’est pas parfait, loin de là –mais la vie y est si différente. »




Jeg taler ind #9999cc
Thème de Joah ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
CHASSEUR
Présence sur le forum : Présent
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 19
Date d'inscription : 31/08/2017
Localisation : Hébergé chez le comte Phantomhive
MessageSujet: Re: You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John   Ven 13 Oct - 12:12



FEAT. Joah & John
Codage fait par ©️PAINDORE sur APPLE SPRING

John fut bien étonné, mais ravi à la fois, de voir que sa remarque pouvait provoquer un sourire, et même un rire. Elle semblait très franche et même légèrement moqueuse dans cette réaction. Il ne pensait pas le moins du monde pouvoir déclencher pareil amusement avec ses remarques, surtout sur le sol anglais. Une critique est souvent mal prise, mais il ne sembla pas qu'elle se sentait visée. Pourquoi le devrait-elle ? Elle pensait comme lui.

Je suis bien d’accord avec vous. J’ai aussi beaucoup de mal à me faire aux nobles anglais. Des empotés. Qui ne savent rien faire d’autre que de donner des ordres à ceux qu’ils emploient. Et se sentent supérieurs, alors que leur seul talent est de savoir nommer l’artisan dont vient l’argenterie de leurs aïeuls.  

John lui rendit son sourire, venant hocher la tête, continuant à marcher avec elle sur le bord de la Tamise, la suivant docilement. Et s'il n'y avait que les ordres, et les airs supérieurs. Les coutumes étaient belles et bien toutes aussi insignifiantes pour lui.

Mais chut ; il ne faudrait pas prendre le risque de les vexer.  

Elle avait approché un doigt sur ses lèvres, l'intimant à se taire. Il savait qu'elle faisait exprès, et que cela était fait sur le ton de la plaisanterie. Mais il pensa s'il devrait réellement se taire. Car c'était bien chez un noble qu'il allait être hébergé… et il savait combien il était difficile pour lui de tenir sa langue parfois … un silence s'imposa, alors que la dame fredonna, lui réfléchissait. Il ne faudrait pas qu'il fasse du tord une reine par mégarde un jour.

Les Etats-Unis sont un grand pays. D’où venez-vous ? J’ai eu l’occasion de m’y rendre, il y a quelques années, avec mon fils. Nous ne nous y sommes pas installés, mais New York m’a totalement dépaysée de l’Angleterre. Ce n’est pas parfait, loin de là –mais la vie y est si différente.  

Elle ? A New York ? Y avait-il donc encore des gens ici qui aimait l'étranger et adorait voyager ? Après tout, c'était le pays natal de Vicky Burton, une bonne amie aventurière à lui, cela ne devrait donc pas l'étonner. Il était quand même bien content de savoir qu'elle avait aimé ce pays, bien qu'elle n'ait vu qu'une partie, et que ça ne représentait en rien le pays tout en entier.

Je suis né en Virginie, à Charlottesville. Mais j'ai depuis de nombreuses années parcourut tout le pays… avant de m'installer pendant un temps dans une petite ville au Texas. C'est plus tranquille par là-bas, les fédéraux nous laissent gérer sans nous enquiquiner. Je déteste la politique … avoir du pouvoir, c'est bien pire que d'avoir de l'argent. Et New York grouille de spécimens de la pire espèce ; vous avez eu de la chance de ne pas vous en apercevoir.

Il avait vécu pendant un temps à New York. Sur la côte. Et c'était surement les pires années de sa vie. Il n'avait pas envie d'y repenser… alors essaya de changer de sujet.

Je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer que vous avez dit " aux nobles anglais" … vous n'êtes donc pas d'ici ?

C'était une supposition, au vu de ce qu'elle pouvait avoir dit, et surtout sur son physique aussi. Il n'était pas rare que l'Amérique accueille aussi son lot d'immigrés, venu d'Irlande ou de pays d'Europe. Il préféra savoir avant de se tromper et puis, il était curieux aussi.



You and I, my Double Jo' ~ ♫



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John   

Revenir en haut Aller en bas
 
You and I, my Double Jo' ~ ♫ ☛ Feat Joah&John
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le ministre Genéus rentre dans le débat sur la double nationalité.
» LA COMMISSION SUR LA DOUBLE NATIONALITE MIEUX EFFECTIVE QUE CELLE DE L'ARMEE !
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Haiti- Parlement: Double nationalité
» Débat sur la double nationalité.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scfm :: London Bridge is falling down :: Londres :: Le long de la Tamise-