Bienvenue sur SCFM
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vous êtes bienvenue sur le forum si vous décidez de vous y inscrire ! N'hésitez pas à en parler autour de vous !

Partagez | 
 

 Hm ? Oh my god, just shut up. [Suraj]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
VEUVE NOIRE
Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Messages : 14
Date d'inscription : 23/09/2017
Localisation : Le plus loin de toi possible.

Votre personnage
Espèce: Nephilim
Jauge d'âme:
400/1000  (400/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Hm ? Oh my god, just shut up. [Suraj]   Sam 23 Sep - 22:52


Suraj He


Nom complet : Suraj He [nom de sa mère : Wagner]
Surnom(s) : L'illuminée du 23b ((par ces cons de voisins))
Titre : Black widow
Genre : Femme
Espèce : Humain à capacités [Nephilim]
Age : 28 ans
Date de naissance : 5 Mars 1861
Lieu de naissance : Bhimdatta, Népal
Origine / nationalité : Népalaise de naissance - origines allemandes
Langue(s) connue(s) : Népalais, Mandarin, Anglais, Latin [notions]
Religion : Hindouisme [pratique rarement par habitude ; pas tellement croyante]
Groupe : Criminels
Occupation/Métier/Etudes : Fleuriste - Fournisseuse de poisons pour divers particuliers, politiciens, criminels notoires et mafias
Résidence : Possède une boutique de fleuriste au coeur de Londres ; l'étage y est réservé pour son lieu de vie, et ses préparations.

PHYSIQUE.


Joué par : Jessica Jones - Marvel (fanarts)
Taille : 1,73m
Poids : 55kg
Type anthropologique : Métissée Caucasien/Asiatique, prédominance caucasienne
Couleur de peau : Pâle
Cheveux : Noirs et raides ; mi-longs
Yeux : Grands, légèrement en amande, noirs de jais.
Visage : Ovale ; mâchoire carrée
Nez : Petit ; droit
Lèvres : Pulpeuses
Voix : Rauque ; sèche.
Expression naturelle : Agacée et renfermée.
Silhouette : En H
Musculature : Très peu développée
Démarche : Assez masculine, vive.
Signes distinctifs : Un long serpent tatoué le long de sa jambe [ici]
Santé : Etrangement robuste ; mais régulièrement malade car elle teste elle-même certains poisons et remèdes, pour s'immuniser.
Style vestimentaire : Simple, pratique ; vêtements de travail. Robes sobres lorsqu'elle sort. Elle se travestit pour aller récupérer ses commandes.
Comment il se trouve ? Elle s'en fout.
Comment le trouve les autres ? Une expression désagréable et hautaine, qui ne donnerait pas envie de l'approcher normalement, cependant, elle a une aura étrangement magnétique. On trouve que c'est une belle femme.
Autres : Elle a plusieurs traces de morsures sur les bras [pour un oeil expert, serpents de tailles différentes], et crache régulièrement du sang.

Apparence alternative ? //


CARACTERE.


Personnalité : Froide / Réservée / Désagréable / Antipathique / Tendance à prendre les gens pour des cons / Méfiante / (trop) sûre d'elle / Impatiente / Colérique / Très calme lorsque autour de ses animaux / Intelligente / Perfectionniste / Curieuse / Passionnée / Mélomane / Prudente

Tempérament habituel : Méfiant et froid.
Comportement avec inconnus : Froid, désagréable ; s'emporte rapidement.
Comportement avec clients [en tant que fleuriste] : Réservée, taciturne, mais évite de trop les insulter.
Comportement avec clients [dans le marché noir] : Secrète, hautaine et méfiante.
Comportement avec proche : Froid, un peu agressif et autoritaire. Elle ne sait pas comment manifester son attachement envers quelqu'un.
Goût :
Aime : Les animaux venimeux / Les poisons / La science / Les fleurs / La nature / La musique / La solitude / Les peluches
N'aime pas : Les menteurs / Les idiots / Les gens trop crédules / Les températures extrêmes / Les imprévus
Hobbies : A une "collection" impressionnante de produits/plantes/animaux mortels ; élève des papillons cendres dans la chambre d'amis ; Confectionne divers poisons, et leur remède
Ambitions/But : Faire pousser des edelweiss au cœur de Londres.
Peurs : Que son "pouvoir" s'étende et qu'elle parvienne à discerner le mensonge absolument partout.
Phobie : Le noir total.
Secrets : Elle est celle qu'on appelle la Veuve noire dans le milieu du crime, responsable de la mort d'un nombre très difficilement calculable d'individus, le plus souvent indirectement (via ses poisons vendus aux criminels).
Echecs : Ne pas avoir su protéger sa famille.
Réputation : Mauvaise dans son quartier ; on reconnait qu'elle possède des plantes introuvables ailleurs, et qu'elle s'en occupe particulièrement bien, mais elle est désagréable. Dans le milieu de l'ombre, excellente ; personne ne connait sa véritable identité, et elle est aussi crainte que respectée.

NB : Elle a de nombreux ennemis, étant responsable ou supposée responsable de nombre de morts dans diverses organisations. Cependant, étant neutre, elle n'en privilégie aucune et commerce avec tout le monde.


ABILITE.


Capacités : - Capable de discerner le mensonge sur le visage de ses interlocuteurs ; lorsque ceux-ci mentent, leurs trais deviennent difformes. Seule elle perçoit le changement.
    - Guérit plus vite que la moyenne ; système immunitaire robuste, capable de mieux supporter intoxications et empoisonnements.

Armes : Poisons, sous les formes les plus diverses, passant du simple élixir à une veuve noire subtilement dissimulée dans votre col.


RELATIONS.


FAMILLE :
Les enfants de Birganj - enfants adoptifs ; décédés
Un groupe de cinq orphelins recueillis par Suraj, et emmenés avec elle en Chine ; morts par empoisonnement en 1885.

Jie Lin - mari ; décédé
L'homme qui a partagé sa vie durant quatre ans ; brutalement décédé à la suite d'un empoisonnement en 1885.

AMOURS / AMANTS : Après Jie, personne n'a partagé sa vie.

COLLEGUE/CAMARADE : //

CONNAISSANCES :
Flavio Calvelli - client
Bras droit d'une mafia italienne, il est un client régulier et l'un des rares hommes qu'elle arrive à supporter. Lui ne ment jamais, et ne lui cache pas ses véritables intentions. Cependant, elle s'en méfie comme de la peste. Il est certainement au moins aussi dangereux qu'elle.

Joah Andersen - connaissance
Les deux femmes ont brièvement voyagé ensemble. Suraj ne l'apprécie pas ; elle ment beaucoup, et leurs caractères ne sont pas faits pour aller ensemble.

Connais de nom/vu seulement : La Reine ((cette vieille peau)) / Ciel Phantomhive / La majorité des hommes et femmes ayant tué un individu par son poison


HISTOIRE.


Mon histoire débute avec celle de ma mère. Un conte de fée, qui a bien vite tourné au cauchemar.

Amanda Wagner. Une fille de bourgeois allemands, élevée par son père veuf et éprise d’aventures. Ma mère ne connut jamais la sienne ; d’après elle, elle était d’une beauté irréelle, si bien que jamais mon grand-père n’arriva à l’oublier, et à construire sa vie sans cette femme étrange. Ma génitrice avait hérité de ces traits sublimes ; de long cheveux noirs et brillants, des yeux d’un bleu si profond que l’on aurait pu s’y perdre, et une peau sans défaut aucun, comme si elle avait été faite de soie. C’était, sans conteste, la plus belle femme du bordel.

Eprise d’aventures, ma chère mère s’était rendue en Asie alors qu’elle était encore jeune, pour découvrir ces cultures qui la fascinaient. Après deux mois d’errances imprudentes, elle avait été kidnappée et projetée dans l’un des milieux les plus sordides qui puissent exister. Sa beauté ne fut jamais à son avantage ; vendue à une maison close près d’une grande ville chinoise, elle fut rachetée par un proxénète Népalais, et conduite à Bhimdatta. Passée du statut d’héritière libre à celui d’objet sexuel, jamais ma mère n’allait revoir Dresde.

Je suis née dans cette ville maudite. Bâtarde de cette prostituée étrangère et d’un client lubrique, dont le nom me sera toujours inconnu. Être enceinte est la plus grande crainte d’une prostituée ; comment continuer à travailler, alors ? Beaucoup s’arrangent pour perdre l’enfant ; avant que les tenanciers qui les possèdent ne s’en chargent. Ce ne fut pas mon cas. Bien qu’étant le fruit d’un énième viol, ma mère décida de me garder. Huit mois plus tard, je naquis, prématurément certes, mais par un miracle que personne ne réussit à expliquer, j’ai réussi à survivre. Ma naissance fut un drame pour ma mère, car très vite on s’aperçu que j’avais hérité de sa beauté maudite ; de plus, à son plus grand dam, j’étais une fille.

Ainsi, elle me nomma Suraj, un nom d’homme. Son nom de Wagner me fut refusé et j’acquis celui de He. Je ne ressemblais pas à ces enfants qui parcouraient les rues, car ma peau était trop pâle et ma physionomie trop différente de la leur. Mais mon nom me permettrait de réussir cependant à m’intégrer, dans une certaine mesure. Durant toute sa vie, ma mère me coupa les cheveux courts, m’habilla comme un garçon, et, même en privé, s’adressa à moi au masculin. Les autres filles de joies s’assurèrent de ne jamais briser la mascarade, si bien qu’elles me firent échapper au destin auquel mon genre semblait me conduire. Je devins coursier pour ce bordel immonde, dès que mes bras purent supporter la moindre charge.

Si je dois en grande partie ma survie à ces femmes d’infortune, c’est une étrange capacité qui me permit de fuir à temps nombre de fois. Enfant déjà, je remarquais que d’étranges grimaces prenaient parfois place sur le visage de mes interlocuteurs. Au fil des années, ce qui était pour moi une source d’amusement devint cauchemardesque, car ces grimaces muèrent en de grossières déformations. Vite, j’allais comprendre que c’était le mensonge qui les provoquait. Aujourd’hui encore, cette capacité ne s’est pas estompée. Les étranges déformations sont devenues des masques de géhenne.


J’étais jeune lorsque ma mère est décédée. Ses derniers mots furent un mensonge adressés à mon encontre. Me disant que tout irait bien. Et que demain, nous fêterions mon anniversaire. J’avais dix ans. Je l’ai retrouvée pendue, au bout d’une corde, deux heures plus tard. Ma chère mère au visage d’ange, qui m’avait tout donné et s’était battue pour que je ne tombe pas dans sa misérable vie, avait mis fin à ses jours. Je n’ai pas réfléchis. Le suicide de ma mère dans cet endroit maudit fut pour moi le malheur de trop. Je me suis enfuie cette nuit-là, volant, mendiant et effectuant divers services pour me permettre de survivre. Il peut paraître étonnant qu’un enfant si jeune puisse survivre seul ; je vais vous détromper immédiatement. Dans les bas-quartiers, quel que soit le pays, il n’y a pas d’enfants. La vie vous frappe en pleine gueule dès votre naissance, et si vous ne vous adaptez pas, vous crevez. Allez savoir pourquoi, beaucoup dans le lot décident de vivre.

J’avais douze ans lorsque j’ai rencontré Amish. C’était déjà un vieillard, même à cette époque, mais alors que je pensais que lui ravir sa bourse serait simple, ce tas d’os m’avait projetée à terre avec une vigueur insoupçonnable. La nuit d’après, j’étais témoin d’un meurtre. Le vieux ayant lâché un serpent aux couleurs vives sur un individu qui l’apostrophait. J’étais une gamine stupide. J’ai crié. L’ancêtre s’est tourné vers moi, mais ne m’a pas donné la mort, comme je m’y attendais. Au contraire. Un ultimatum. Lui n’avait jamais eu d’enfants ; je n’avais plus de famille. En échange de mes services, il me transmettrait son savoir. A sa mort, je prendrais sa place. Il n’y avait aucune clause autre que celles-ci dans notre contrat. Je n’avais qu’à apprendre de lui, tandis qu’il me sauvait la vie. Bien sûr, j’ai accepté. J’ai passé dix ans auprès du vieux.


Aujourd’hui encore, je me demande ce qui se serait passé, si j’avais refusé. Serais-je déjà morte ? Certainement. Soyons honnête : rencontrer le tas d’os est la meilleure chose qui me soit arrivé. Il m’a transmis son savoir. Au départ, je pensais qu’il faisait partie de ces chamans illuminés qui conversaient avec les esprits, et que j’allais pouvoir l’arnaquer simplement. Eh, quoi ? On ne se change pas. Cependant… l’ancêtre était loin d’être con. Il était même dangereux. J’ai vite déchanté. Celui que je pensais être un hippie illuminé était en vérité un empoisonneur, et j’avais signé pour devenir à mon tour une criminelle. Pas que cela m’ait jamais dérangée, pour être honnête. J’avais vu tellement de personnes mourir de faim, ou à cause d’un règlement de comptes stupide. Et puis, peut-être qu’avec ces nouvelles connaissances, je pourrais avoir ma revanche sur la vie. Tuer les anciens clients du bordel, et mon géniteur dans le lot. Huit ans plus tard, j’allais accéder à mon but. Dix politiciens, trois commerçants et six prêtres furent pris d’une mort fulgurante. Strychnine. Un poison aux effets impressionnants.

Mon apprentissage a donc duré près de dix ans. A l’aube de mes vingt-deux ans, le vieux a clamsé, et j’ai hérité de sa position. Je ne peux pas dire que sa mort ait laissé un trou béant en moi ; il était devenu encore plus fantasque et sénile qu’il ne l’était déjà, et je devais presque le porter pour l’emmener à… non, ne me parlez pas de ça. De toute manière, c’était un homme acariâtre, désagréable, grivois, hautain… mais un peu aussi le grand-père que je n’ai pas eu. …bon, ok. Peut-être que j’étais un peu attristée par sa mort. Mais pas de quoi geindre des années durant. La même année, j’ai rencontré Jie Lin –un salaud d’idéaliste. Je ne comprends pas pourquoi nous avons décidé de nous marier, ou même pourquoi je l’aimais autant. Nous étions deux exacts opposés. Je lui ai toujours caché mon identité. La mission dont j’avais hérité. Ce fut mon erreur.

Jie et Suraj Lin. Le couple parfait. Un philanthrope et sa femme, parents de cinq enfants gracieusement adoptés pour les sauver de la misère, et vivant dans un village proche de Pékin. Nous formions une famille parfaite vue de l’extérieur. Jie et les enfants étaient également persuadés que notre bonheur allait encore durer de nombreuses années. Quant à moi, je tentais de me mentir à moi-même en me persuadant que tout cela ne serait pas qu’éphémère. Epouser Jie ne m’avait pas fait stopper mon activité. Comment l’aurais-je pu ? J’étais l’héritière d’un savoir complexe, et ces connaissances ne devaient pas tomber dans l’oubli. De plus, c’était grâce à cela que notre situation financière restait stable, voire même enviable. Mais s’il y a une leçon du vieux que je m’étais efforcée d’oublier, c’est bien que, endossant son rôle, le monde me tournerait le dos. Je n’allais avoir que de potentiels ennemis.

Le 6 avril 1885, alors que le crépuscule enflammait le ciel, nous nous trouvions à table, Jie, les enfants et moi. Le repas, simple, allait se terminer, lorsque Amar, notre plus jeune fils, se mit à tousser de manière incontrôlable. Suivit par Mihir, Mei, Bao et Jiao, puis Jie lui-même, et, enfin, moi. Il me semblait qu’un feu destructeur s’était allumé au fond de mes entrailles, alors que de violentes convulsions secouaient nos corps. Amar fut le premier à succomber. Dix minutes plus tard, six corps gisaient à terre, inertes.

Je ne sais pas comment j’ai pu survivre. Comment mon corps a pu supporter le poison fulgurant qui nous avait été administré. Il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour l’identifier ; il s’agissait du même que celui que j’avais administré à ces anciens clients de la maison close, il y avait deux ans de cela.


Je n’ai pas cherché à jouer aux héros. Je ne suis pas l’une de ces figures braves, qui défient leurs ennemis jusqu’à ce que cela provoque leur mort. Profitant du fait que j’étais supposée être morte, j’ai ramené un cadavre de la fosse, l’ai installé à ma place, puis ait brûlé cette maison et ces personnes qui m’avaient rendue si heureuse. Cela fait, j’ai fuis.

Voilà trois ans que je suis à Londres. L’Europe s’est imposée à moi comme un choix sage. Continuant à honorer l’héritage d’Amish, je me suis désormais mise en relation avec divers criminels, mafias, dont l’influence s’étend au-delà de la capitale anglaise. Eux ont besoin de mes services ; je suis la seule, ici, à détenir tant de connaissances. En échange de cela, je recherche le meurtrier qui a assassiné mon mari et mes enfants, restant dans l’ombre. Dans cette ville si différente de l’endroit où j’ai grandis, j’essaye de trouver un intérêt à mon existence. Je continue les travaux de mon mentor, filant entre les doigts de Scotland Yard à chaque nouvelle investigation. Ce n’est pas si difficile ; aucun de mes clients n’ira me vendre. Ils savent que j’ai les moyens de leur faire vivre l’enfer. Quant aux autres… eh bien, les morts ne peuvent pas témoigner.


VOUS.


Spoiler:
 


Dernière édition par Suraj He le Dim 24 Sep - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
VEUVE NOIRE
Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Messages : 14
Date d'inscription : 23/09/2017
Localisation : Le plus loin de toi possible.

Votre personnage
Espèce: Nephilim
Jauge d'âme:
400/1000  (400/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: Hm ? Oh my god, just shut up. [Suraj]   Dim 24 Sep - 13:01

Double post, pour vous signaler que cette fiche est terminée.
En espérant qu'elle convienne. ~




Go away.I can see the face you make when you're lying, and I won't see your pretty smile ; oh, baby, let me tell you one thing I'm sure of : you're hella ugly when you open this mouth of yours.


Code signature ©Justayne sur Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Présence sur le forum : Présent
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 169
Date d'inscription : 30/08/2014

Votre personnage
Espèce: Humain
Jauge d'âme:
300/1000  (300/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: Hm ? Oh my god, just shut up. [Suraj]   Dim 24 Sep - 15:30


“Welcome here ... Black Widow.”

Une nouvelle fois, une fiche exceptionnelle  avec une personnage hyper intéressant. Je ne vois à rien à redire, et je te valide volontiers.

Cependant, en accord avec la race que tu donnes, j'aimerais moi donner des précisions.
(avant que certains ne s'emmêlent ou me demande de faire des changements à ce sujet)

Suraj a écrit:
" Hybride, bien que l'ignorant.
[2/3 Humain || 1/3 Ange]"

En vérité, on ne peut pas être à demi-ange, parce qu'être un ange est plus un "statut" donné que génétique. Tout de fois, il existe en effet des exceptions :

- Les cohabitations (comme Michael) ce qui est assez complexe (revoir le sujet concerné)

- Les humains nés avec au moins un parent ange :  mais ce ne sont pas des "hybrides" ou des semi-anges,  plutôt des humains à capacités.  (dans beaucoup d'oeuvre on appelle cela des Nephilim il me semble, donc je pense remettre à jour bientôt certains postes de race pour préciser)

"Hybride" est un terme en réalité péjoratif utilisé par des personnes qui ont manifestement une haine envers ce genre de personne qui sont issus de plusieurs "races" différentes. Les vrais hybrides sont ceux qui ont un gêne en commun avec un animal.

Je ne peux pas te demander de changer ce que tu as écrit, parce que dans un sens, ce n'est qu'une question de mot, donc pas forcément faux. Mais si tu veux coller parfaitement aux races ici présentes, tu peux rajouter Nephilim (je ferais l'ajout prochainement) ou Humain à capacités (c'est en fait la même chose, bien que les capacités en questions seront en effet en accord avec la "nature" d'où ils sont issus. Bref)

Voilà c'était juste une parenthèse pour expliquer cette précision, qui peut paraître un peu tirée par les cheveux, ou difficile encore à comprendre pour le moment, mais j'y met un point d'honneur.

BREF! Sinon je te valide, je laisse les modos déplacer ce sujet (HAHA) tu n'auras plus qu'à faire les postes concernant la gestion de ton persos, recenser le dc et l'avatar, et ... non mais tu n'as pas signé le règlement °° Allez hophophop !

*retourne bosser sur ses sujets des races*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
VEUVE NOIRE
Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Messages : 14
Date d'inscription : 23/09/2017
Localisation : Le plus loin de toi possible.

Votre personnage
Espèce: Nephilim
Jauge d'âme:
400/1000  (400/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: Hm ? Oh my god, just shut up. [Suraj]   Dim 24 Sep - 15:35

Je viens de changer ça ~ merci pour tes précisions !
Et je m'en vais signer le règlement de ce pas, huhu




Go away.I can see the face you make when you're lying, and I won't see your pretty smile ; oh, baby, let me tell you one thing I'm sure of : you're hella ugly when you open this mouth of yours.


Code signature ©Justayne sur Crimson Day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hm ? Oh my god, just shut up. [Suraj]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hm ? Oh my god, just shut up. [Suraj]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shut up and drive — LIBRE
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Shut up and take my money! [with Onyx and Cloud]
» Shut up, please ! You're so boring • |
» gouzi gouzi le loups *shut up !*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Scfm :: Administration de Londres :: Les Londonniens. :: Gestion des Fiches :: Complètes.-