Partagez | 
 

 Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
PNJ
avatar
PNJ

Présence sur le forum : Présent - PNJ
Messages : 43
Date d'inscription : 14/07/2016

Votre personnage
Espèce: Toutes
Jauge d'âme:
1000/1000  (1000/1000)
Jauge de Puissance:
1000/1000  (1000/1000)
MessageSujet: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mer 2 Aoû - 9:52





Rappel.

Vous n'êtes pas censé ignorer les événements qui agitent les esprits dans la capitale Londonienne, n'est-ce pas ?
Ces disparitions d'enfants défavorisés inquiètent vraiment le peuple, ces jours-ci, même si les autorités elles ont décidé de ne pas se mêler à l'affaire. L'émotion est à son comble, quand enfin une énième enfant est portée disparue. Les civils grondent dans la rue, leur colère est plus que palpable. Les émeutes emparent rapidement les rues, et les policiers ont bien du mal à calmer la foule. Les grèves redoublent d'intensités, pendant qu'un groupe de journalistes bien décidé à élucider ce mystère viennent à mener leurs enquêtes. Toutes les preuves démontrent que le veilleur de nuit était toujours à l'endroit où on a vu les enfants pour la dernière fois. L'appel est lancée : il faut trouver ce veilleur de nuit, au plus vite, qu'il soit coupable ou non. La police vous mettra sûrement des bâtons dans les roues … mais une chose est sûre : vous faites de ce cas, une affaire personnelle. Ce mystère doit être élucidé avant qu'il ne reste plus d'enfants ...

Rappel du passage :

1- Narrateur (@PNJ Enquêtes)
2- @Inspecteur Lewis  (PNJ)
3- @Gaspard Parker
4- @Joah Andersen
5- @Nora Orchard
6- @Jeremy Rathbone (PNJ)
7- @Veilleur de Nuit  (PNJ)(quand il sera apparu)






Contexte.
Ce soir est le grand soir. Le jour où les enfants cesseront de disparaître et où la vérité sera révélée. Mais pour cela, faut-il seulement commencer par le début.

Vous avez entendu, rumeurs, ragots, qu'un inspecteur de Scotland Yard organisait ce soir une battue pour retrouver le veilleur de nuit, malgré les avertissements de ses supérieurs : poser des questions au veilleur est impératif, pour savoir s'il est oui ou non le coupable de cette histoire. Vous avez décidé de vous joindre aux recherches, quelque soit vos raisons, et d'aller au point de rendez-vous à 21 heures dans la City de Londres, à Aldgate.

Vous y trouvez l'inspecteur Lewis, et quelques personnes de renfort : des civils, parfois des parents d'enfants disparus. Beaucoup plus d'hommes que de femme, sous un clair de lune éclairant parfaitement les rues. La colère et la hâte semblent gagner certaines personnes. A tel point que l'émeute semble une nouvelle fois sur le point d'éclater. La police ne tardera pas à être prévenue de ce regroupement si les choses ne se calment pas rapidement ...



Dernière édition par PNJ Enquêtes le Lun 19 Fév - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inspecteur Lewis
avatar
INSPECTEUR

Présence sur le forum : Absent - PNJ
Lien Fiche :
Messages : 9
Date d'inscription : 08/12/2014

Votre personnage
Espèce: Humain
Jauge d'âme:
600/1000  (600/1000)
Jauge de Puissance:
100/1000  (100/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Lun 25 Sep - 10:12




Le peuple gronde. Cette foule de civil ne tardera pas à bientôt éclater. Et rien alors ne pourra les empêcher de semer la pagaille et le chaos dans les rues de Londres. Le chaos, c'était bien une chose que James Lewis n'avait jamais voulu provoquer, en invitant ces personnes à se rassembler pour une cause commune. Mais il semblerait que la tension ne soit à son maximum, et qu'il ait mal jaugé la situation. Tourné vers cette foule, légèrement à l'écart, il garde ses mains à sa taille, soupirant.

James est quelqu'un qui croit en le peuple. Peut-être parfois un peu trop. Il connait leurs débordements, leur craintes. Se faire enlever son enfant doit être terrible. Mais ils manquent cruellement d'organisation. De calme. Rien n'est plus dangereux qu'une foule aux aboies.



S'il vous plait! hey ! Je vous parle ! Quelqu'un ? ...   

Rien ne sert de crier. Cette foule n'écoute pas les ordres. Ce n'est pas tellement ce qu'il avait voulu. Ce n'est pas comme cela qu'il avait prévu les choses, il soupire une nouvelle fois. Scotland Yard risquerait d'être prévenu de cet attroupement, et tout comme les autres jours, cela finirait comme à chaque fois. Et il est déjà 21h15.  



Si jamais Randall se pointe ... vous allez déguster les gars.

Et lui aussi d'ailleurs. En tant qu'inspecteur, il a eu, comme les autres, ordres de ne pas se mêler de cette affaire. Personne, n'a autorisation d'ailleurs. Et c'est une des raisons qui l'a poussé à se joindre au peuple, à les rassembler, pour chercher la personne que beaucoup cherche : le Veilleur de Nuit. L'unique objectif pour le moment. En plus, bien entendu, de savoir où sont les enfants, et si rien de grave ne leur est arrivé.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaspard Parker
avatar
SCIENTIFIQUE

Présence sur le forum : Présent

Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 63
Date d'inscription : 31/07/2017

Votre personnage
Espèce: Humain
Jauge d'âme:
400/1000  (400/1000)
Jauge de Puissance:
0/1000  (0/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Jeu 28 Sep - 19:09
Victorian Children


21 heures, Aldgate.

Il ne savait pas vraiment ce qu'il était venu faire ici. Peut-être en souvenir de son enfant, peut-être parce qu'il en a assez de lire chaque jour la description d'une nouvelle disparition. Et les policiers qui n'agissaient pas. De là à penser qu'il y avait un lien étroit entre le kidnappeur et les autorités compétentes, il n'y avait qu'un pas que Parker franchissait aisément. Et puis...si toute cette histoire prenait de l'ampleur, il risquait à long terme d'avoir lui même quelques ennuis.

Aussi le voici, un peu à l'écart de la masse grouillante et trépignante. Nul doute que ce soir, bon nombre d'entre eux finiront au poste. Pour tapage nocturne, trouble de l'ordre public ou tout autre raison plus ou moins valable. Or il ne souhaitait pas visiter les cellules du quartier.

Un coup d'oeil à sa montre lui indiqua que cela faisait déjà 15 minutes, 15 minutes que chacun y allait de son opinion, de sa petite histoire. On se remontait le moral, on encourageait la colère et on entretenait la flamme de la révolution. Mais personne n'avait émis le début d'une idées réalisable. Il y avait bien quelques hommes qui avaient tentés de faire entendre leur voix mais personne ne les écoutait. Une vraie salle de classe.

Rajustant ses lunettes du bout de son index, Parker s'autorisa encore quelques minutes supplémentaires. Il n'allait pas se hisser sur un banc et arranger la foule. Il fallait qu'il trouve les personnes qui allaient réellement agir. Et qu'il se joigne à eux. C'était aussi simple que cela.

Sur les centaines de personnes présentes, une bonne dizaine seulement était capable et avait l'envie de réellement agir. Il suffisait d'observer, de trouver les bonnes personnes et d'agir en conséquence. Inutile de s'encombrer des pleurnicheuse et des aigris, encore moins des casseurs.

Il posa son regard sur un homme, qui peu de temps auparavant avait tenté de calmer la foule. Sans vraiment proposer de piste lui non plus. Pourtant quelque chose lui soufflait que celui-ci était le bon. Sa réflexion sur Randall par exemple prouvait qu'il était en lien avec les forces de l'ordre.

Finalement, il ouvrit la bouche, parlant d'une voix claire où l'on ne sentait ni l'urgence ni la colère ni la peur. Juste une constatation, simple et efficace.

"Il faut que vous fassiez des groupes pour quadriller les lieux."

Et puis comme ça, la police aura plus de mal à intervenir. Enfin..c'était le bon sens qui parlait. Et il n'était pas certain que quiconque l'ait entendu.

Codage par Libella sur Graphiorum


HRP:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar
PEINTRE

Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 53
Date d'inscription : 06/09/2017
Localisation : Sud de Londres.

Votre personnage
Espèce: humaine
Jauge d'âme:
500/1000  (500/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Sam 30 Sep - 13:15
Victorian ChildrenPoor London
Can you see your children
as they slowly go to the dogs?





Trop d’enfants avaient disparus ces derniers temps. La population était en émois ; et le principal suspect, le Veilleur de Nuit, restait introuvable. Pourquoi enlever ces enfants ? La colère des Londoniens redoublait de jours en jours. Du haut de sa fenêtre, Joah avait vu les insurgés descendre dans la rue, entendu tous ces hommes et ces femmes protester contre les forces de l’ordre qui réprimaient leur révolte, sans rien faire pour arranger la situation. La danoise pouvait comprendre leur douleur ; la perte d’un enfant devait être une épreuve destructrice pour tout parents. Si quelqu’un venait à enlever Vincent… non, ce n’était pas possible.

Avant de recueillir son fils, jamais la jeune femme n’avait pu imaginer qu’un tel instinct de protection résidait au fond d’elle. Elle retournerait Londres si ce Veilleur de nuit lui retirait son enfant. En plus de son instinct maternel, c’était également une promesse qu’elle se devait d’honorer. L’Irlandaise l’avait suppliée de le protéger. Coûte que coûte. La voyageuse n’avait pas pu dire non à la vue de son regard désespéré qui l’implorait. Joah se retrouvait donc affublée d’une double charge ; Vincent, et une promesse. De toute manière, quand bien même elle l’aurait recueilli sur les pavés, son sentiment aurait été le même. Elle ne prendrait pas le risque de le perdre. De perdre un être aimé. Pas cette fois, non ; cette-fois ci, la jeune femme allait se battre pour que son entourage ne parte pas une fois de plus en cendres.


Un coup d’œil à sa montre indique à Joah qu’il est 21h15. L’attitude de la foule autour d’elle lui arrache un soupir. Un rendez-vous a été fixé à 21h, à Algate, pour retrouver le veilleur de nuit, et l’interroger. Beaucoup de monde a répondu à l’appel ; beaucoup trop, selon elle. Une telle foule est impossible à canaliser. Chacun en va de son commentaire ; alimentant la rancœur et la colère que la police s’efforce d’étouffer depuis le début des drames. Ils sont très certainement au bord du mouvement de foule ; la situation pourrait dégénérer à chaque instant. Il n’y a rien de plus dangereux qu’un groupe enragé.

« S'il vous plait! hey ! Je vous parle ! Quelqu'un ? ... »

Non loin d’elle, un homme semble peiner à faire entendre sa voix. Certainement l’un des organisateurs. Son commentaire arrache une moue à Joah. Randall… si le chef inspecteur la trouve ici, la rouquine se retrouverait au poste sans aucun doute. Il la déteste. Se retrouver dans une telle situation lorsqu’on a été accusée de meurtre, et toujours soupçonnée par les autorités, n’est certainement pas la chose la plus sage à faire. Mais qu’importe ; elle ne peut pas rester les bras croisés ; pas cette fois.

Joah s’approche de l’homme, l’observant, alors qu’une autre voix, calme et posée attire son attention. Un homme qui doit avoir son âge, au visage sérieux encadré de lunettes, semble appuyer l’inspecteur.

« Il faut que vous fassiez des groupes pour quadriller les lieux. »

La jeune femme se tourne vers lui. Si ses paroles ont été noyées dans les exclamations de la foule, elle les a bien entendues. Joah espère que l’inspecteur l’ait aussi remarqué.

« C’est une bonne idée. La situation va dégénérer si l’on continue comme ça. »

Promenant brièvement son regard vers l’inspecteur, elle analyse ensuite les visages proches. Cherchant quelqu’un d’autre de plus calme, et disposé à s’organiser d’une manière cohérente. Soupirant, la peintre se tourne vers un banc proche, et s’y hisse d’un mouvement souple. Levant ses mains devant son visage, en porte-voix, sa voix forte tente d’interpeller la foule. Son visage est grave ; une expression qu’il est rare d’observer chez la danoise.

« Est-ce que quelqu’un ici est réellement disposé à faire quelque chose ? »

Ses mains retombent sur ses hanches, alors que son regard gris se pose un instant sur les deux hommes, puis les Londoniens autour d’eux. Espérant qu’au moins quelques personnes se réveillent enfin, et se décident à connecter leurs neurones.



© 2981 12289 0

HRP:
 


Jeg taler ind #9999cc
Thème de Joah ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Orchard
avatar
GARDIENNE

Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 255
Date d'inscription : 03/02/2016
Age : 22
Localisation : Forêt

Votre personnage
Espèce: Loup-garou
Jauge d'âme:
250/1000  (250/1000)
Jauge de Puissance:
200/1000  (200/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Sam 30 Sep - 17:15
Victorian ChildrenInspecteur Lewis, Gaspard, Joah, Jeremy"Beware, beware, be skeptical of their smiles, their smiles of plated gold, deceit so natural, but a wolf in sheep's clothing is more than a warning"21h, Aldgate, Londres.
Je me pointais sur le lieu du regroupement pour retrouver le Veilleur de Nuit, qui était le premier suspect de cette affaire. Le vol d'enfant. Beaucoup d'entre eux avaient disparus, c'était désolant pour les parents de ses derniers. D'ailleurs je remarquais beaucoup d'homme que de femme. Évidement les femmes devaient restés à la maison et à surveiller la maison. Il n'est pas vrai que je resterais les bras croisé tandis que les autres partaient à la recherche de ses enfants. Je ne pouvais pas m'imaginer le pire. Les enfant allaient bien, ils devaient être corrects lorsque nous allons les retrouver, si l'émeute pouvaient ce calmer un instant. Honnêtement je ne pouvais pas m'imaginer que l'un des enfants seraient ceux de la meute, je les surveillais en ne détournant pas une seule fois le regard. Je ne voulais pas que ça soit de ma faute. J'aimais trop les enfants pour les laisser sortir seuls comme des grands. Ils étaient à peine âgés de cinq ans, impossible de les laisser sans surveillance. D'un regard inquisiteur j'observais l'inspecteur qui tenait de se faire entendre par la foule.Ils ne voulaient pas se taire une minute ? pensais-je en tapant de mon talon pour démontrer mon mécontentement envers leur manque d'attention.

▬ «S'il vous plait! hey ! Je vous parle ! Quelqu'un ? ...»

Personne ne l'écoutait. Je regardais autour de moi écoutant un peu les paroles des autres personnes ayant répondu présent pour la recherche du Veilleur de Nuit. Tous chialaient et ne portait aucune importance à celui qui avait organisé tout ça. Je laissais échapper un soupir exaspérer face à cette situation qui durait depuis 15 minutes déjà.

▬ «Si jamais Randall se pointe ... vous allez déguster les gars.»

Je ne voulais pas rester ici longtemps à attendre que ce Randall se pointe. Je ne le connaissais pas personnellement, mais je me doutais qu'il soit une gentille personne et je ne voulais pas l'avoir sur le dos après ça. Ce n'est pas si difficile de se taire pour quelques minutes pour laisser l'inspecteur faire son discours, n'est-ce pas ? En demandais-je trop pour une fois? Il semblerait que oui. Pathétique ces humains après ils se demandent pourquoi il y a tant de meurtre. Si vous arrêtez de vous agitez peut-être que la réponse vous seraient évidentes.

▬ «Il faut que vous fassiez des groupes pour quadriller les lieux.»

Je relevais la tête pour constater que c'était un homme aux cheveux foncés qui avait prit la parole à l'égard des personnes présentes sur les lieux, mais personne ne semblaient y porter une attention particulière. Je décidais de me faufiler tranquillement à travers la foule puisque j'étais tout au bout de cette émeute, justement pour ne pas me mêler à eux, mais je ne pouvais pas passer nulle part, donc je passais directement en pleine foule. Faisant bien remarquer ma présence. Ça leur apprendra, pensais-je en esquissant un sourire sur mes lèvres.

▬ «C’est une bonne idée. La situation va dégénérer si l’on continue comme ça.»

Bien d'accord avec vous jeune femme, pensais-je tandis que je me faufilais toujours à travers de l'émeute qui ne cessait de s'agiter. Je remarquais que la même jeune femme qui venait tout juste de parler se mettait sur un banc mettant ses mains devant son visage en guise de porte-voix. Elle espérait attirée l'attention de quelques personnes.

▬ «Est-ce que quelqu’un ici est réellement disposé à faire quelque chose ?»

Je réussissais à passée à travers de cette foule, mais quelqu'un me donnait un coup de coude en plein milieu du dos, je ne m'y attendais pas du tout à ça. Je manquais de tomber,
mais je réussissais à retrouver mon équilibre. Je me pliais en deux posant mes mains sur mes cuisses détournant légèrement mon regard par-dessus mon épaule soufflant un peu. Impoli. Une fois mon souffle reprit je me redressais regardant la jeune femme aux cheveux roux, une belle couleur cela dit détournant ensuite mon regard vers le jeune homme portant des lunettes et pour finir vers l'inspecteur. Étions-nous les seuls à avoir une tête sur les épaules ? Je voulais bien apporter mon aide.

▬ «Je ne suis pas venue ici pour faire un débat, mais pour aidez à retrouver ce Veilleur de Nuit. Il semblerait que la troupe soit trop agité pour écouter nos moindres paroles. C'est décevant de leur part.»

Je me tournais vers la troupe qui ne cessait de parler, je pourrais presque sentir un mal de tête me menacer. C'était trop fort. Il fallait qu'ils se taisent au plus vite. Heureusement que ce n'était pas la pleine lune ce soir, car ça en aurait fait des victimes. Je parlais pas de ceux qui se trouvait pas loin de moi, mais la foule. J'inspirais doucement pour tenter de me calmer. Un coup de feu pourrait attirer leur attention, mais aussi d'autres population qui vivait non-loin d'ici. Je humais l'air et personne ne s'approchait de nous, pas encore, ce n'était qu'une question de temps avant que ce Randall se pointe pour éprouvez son mécontentement.

«Peuvent-ils se taire un moment ? Ce n'est pourtant pas si compliqué.» dis-je cette phrase en un français. Il y avait bien mon accent qui embarquait sur les mots français que j'utilisais.

J'inspirais une nouvelle fois en bloquant mon souffle glissant mes deux petits doigts entre mes lèvres. Oui, j'allais tenté cette tactique. Je roulais ma langue vers l'arrière puis je posais mes doigts dessus. J'exerçais une légère pression vers le bas avant de souffler le plus fort que possible. Il était aiguë et impossible que personne ne l'entende. Je soufflais quelques secondes de plus voyant que tous les regards c'était porter vers moi. Je pensais avoir réussit, mais tous retournaient à se crier dessus.

▬ «Désolée... Je suis d'avis que nous fassions des groupes pour quadriller les lieux. Presque à le faire sans eux qui ne veulent pas entendre raison.»

Je me tournais vers ceux qui voulaient vraiment élucider cette affaire au plus vite. J'étais de cet avis et tôt ou tard les gens entendront raison, non ? J'espérais que quelqu'un ayant plus d'autorité et de crédibilité pourrait les faire taire.    
© 2981 12289 0

HRP:
 


The beast is there. The beast approaches. The beast is feverish. The beast wants to express itself. Time is running out. You understand ?Nobody can save you! Nobody will! You are a monster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Rathbone
avatar
PASTEUR

Présence sur le forum : Présent - PNJ
Lien Fiche :
Messages : 8
Date d'inscription : 23/09/2017
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Lun 2 Oct - 1:24
Victorian ChildrenInspecteur Lewis & Gaspard Parker & Joah Andersen & Nora Orchard
City de Londres, Aldgate. Dehors, c'est l'émeute. Une foule d'hommes et de femmes hurlent leur rage. Des enfants disparaissent sans raison. Scotland Yard s'en fout, à quoi bon ? Le bas peuple ne les intéresse en rien. Jérémy reste en retrait et observe la scène, plus discret qu'une ombre. Il sait qu'un électron libre de la police veut élucider ces enlèvements. Il prend des risques... Combien aurait ce courage ? A ses côtés, des jeunes gens l'ont rejoint. À première vue, un homme et deux femmes. C'est tout ? Pathétique. Il inspecte sa montre à gousset. Presque 21h, l'heure du rendez-vous. La populace crache sa colère. Ça va éclater et il le savent. Ce crétin de Randall en sera alerté, ça va chauffer pour eux. Il va devoir agir, une fois de plus. Le brouhaha ambiant l'empêche d'entendre ce qui se trame entre les justiciers. Il les détaille attentivement, à tour de rôle. Un flic, un scientifique et deux civiles. Rien de rocambolesque. L'une des jeunes femmes tente un coup de sifflet aigu. Belle tentative... Le mouvement de foule reprend et redouble d'intensité. Ça ne peut plus durer. Sors de ta cachette Jérémy !

Adossé à un mur d'une ruelle sombre, il se détache de la brique souillée et rejoint la foule en délire. Se frayer un chemin pose quelques problèmes, ça ne fait rien. Il a des mains, il va s'en servir. Sa grande taille lui permet d'être vu rapidement. Un gringalet joue des coudes avec lui, il le pousse d'un revers de main. Une femme hurle à ses oreilles que c'est intolérable, il la dévisage, sans lui répondre. Un vieillard lui donne un coup de canne, il ne riposte pas. Un pasteur se doit de garder un self-control irréprochable... Ou presque. Le brouhaha s'intensifie encore. Il se retourne, alerte de la moindre sirène de Scotland Yard. Rien pour le moment. Agacé par tant de bruit, Jérémy stoppe sa marche, bombe le torse et se prépare à s'adresser au peuple. Leur demander le silence ne suffit pas, il faut être plus créatif, plus subtil... Et leur faire peur.

« CA SUFFIT MAINTENANT !  »

Les gens se taisent et fixent le grand homme. Voilà, c'est mieux. Derrière lui, les justiciers ne mouftent pas non plus. Il est grand temps de leur expliquer la règle du jeu. Sa colère monte et explose sur la place :

« Peuple de Londres ! Votre rage a été entendue. Nous savons que ça ne peut plus durer. Mais vos cris de porcs qu'on égorgent ne feront pas avancer l'affaire. Reprenez-vous ! Comportez-vous en adultes civilisés ! Ayez du respect envers ces jeunes gens qui veulent vous aider à retrouver vos enfants... ET FERMEZ-LÀ ! »

Son ton autoritaire n'est pas à prendre à la légère. La foule baisse les yeux. Certains s’assoient en cercle, d'autres chuchotent. Le calme après la tempête, mais pour combien de temps ? Jérémy lance un regard de défi à quiconque oserait le reprendre. Aucun ne moufte, ils ont trop peur à présent. L'homme se retourne et rejoint la troupe. Personne d'autre ne viendra, il devront s'en accommoder.

« Veuillez me pardonner pour cette entrée. Il fallait les calmer d'urgence. Je suis Jérémy Rathbone, et je me joins à vos investigations. Inspecteur, peut-être devriez-vous profiter de ce répit pour agir ? »

Donner les directives lui plaît, mais il n'en touchera pas un mot. Son besoin de tous les faire brûler pour autant de bruit le démange, il se retiendra également. Jérémy restera sous silence, et jouera son rôle de gentil pasteur avec brio. Personne ne doit savoir ce qu'il est vraiment...

© YOU_COMPLETE_MESS

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar
PNJ

Présence sur le forum : Présent - PNJ
Messages : 43
Date d'inscription : 14/07/2016

Votre personnage
Espèce: Toutes
Jauge d'âme:
1000/1000  (1000/1000)
Jauge de Puissance:
1000/1000  (1000/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Lun 2 Oct - 10:19
VICTORIA CHILDREN.


L’attroupement, bien trop entraîné par la colère et la tension, n'écoutait déjà pas les indications de Lewis, les autres passèrent rapidement également à la trappe. Ni Gaspard ni Joah ne se firent plus entendre par les civils. Les paroles en français de Nora n’eurent aucun effet non plus autour d’elle, même si son sifflement a attiré des regards, tout le monde s’est vite retourné pour de nouveau réclamer leur mécontentement.

Seul l’intervention du pasteur semble avoir un impact sur le petit groupe. Sa voix semble résonner et porter beaucoup plus loin, son timbre beaucoup plus menaçant et grave … impressionnés et légèrement apeurés, mais pas forcément prêt à suivre des directives imposés. Finalement, certains groupes se séparent, d’autres pour quitter l’endroit et se regrouper ailleurs, d’autres pour effectivement faire des groupes et sillonner les quartiers...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inspecteur Lewis
avatar
INSPECTEUR

Présence sur le forum : Absent - PNJ
Lien Fiche :
Messages : 9
Date d'inscription : 08/12/2014

Votre personnage
Espèce: Humain
Jauge d'âme:
600/1000  (600/1000)
Jauge de Puissance:
100/1000  (100/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Lun 2 Oct - 10:32







Il faut que vous fassiez des groupes pour quadriller les lieux.

Une voix, tout comme lui légèrement à l’écart le sortit de sa torpeur. Il y avait donc, comme lui, des gens plus calmes, décidés à agir. Il était bien d’accord avec l’idée, puisque c’était également la sienne au départ… mais le faire entendre à cette foule était tout sauf possible. D’instinct, il se rapprocha de l’homme aux lunettes, venant remarquer également une autre personne, une femme qui elle aussi, était beaucoup plus calme.



C’est une bonne idée. La situation va dégénérer si l’on continue comme ça.

Lewis hocha la tête, réfléchissant lui-même un moyen de calmer cette foule. Il voulu la retenir de monter sur le banc, mais finalement la laissa faire, dans l’espoir que cela marche.



Est-ce que quelqu’un ici est réellement disposé à faire quelque chose ?

Un nouveau regard vers la foule lui fit comprendre que c’était un nouvel échec. Lewis soupira. Il tendit son bras vers la femme rousse pour l’aider à descendre du banc. Quand une troisième personne vint exprimer son désir d’aider. Un nouvel espoir redoubla…


Je ne suis pas venue ici pour faire un débat, mais pour aidez à retrouver ce Veilleur de Nuit. Il semblerait que la troupe soit trop agité pour écouter nos moindres paroles. C'est décevant de leur part.

Au moins, il serait un petit groupe, si cette foule n’arrivait pas à se calmer. Certes, il avait pensé à laisser ces civils ici, et s’en aller lui même. Mais il voulait, essayer au moins, avant cela, de les calmer. Car si la police se mettait également à patrouiller dans les lieux… alors ils n'arriveraient pas à grand chose.



Peuvent-ils se taire un moment ? Ce n'est pourtant pas si compliqué*

James ne compris pas ses phrases. Il ne parlait pas cette langue, bien qu’il comprit rapidement que cela devait-être du français. Il avait déjà arrêtait quelqu’un qui parlait cette langue …

La jeune femme décida alors de les siffler, pour attirer l’attention. Cela marcha au début, mais rapidement ils se retournèrent. C’était perdu d’avance …



Désolée... Je suis d'avis que nous fassions des groupes pour quadriller les lieux. Presque à le faire sans eux qui ne veulent pas entendre raison.

Lewis allait presque accepter cette proposition, quand une voix beaucoup plus grave et intense ne s’éleva. Les yeux ronds, Lewis regarda l’homme, qui dépassait d’un bon vingt centimètre la foule autour de lui. Il était certain qu’on ne pouvait pas le louper …



CA SUFFIT MAINTENANT !

Aussitôt ses paroles furent prononcées qu’un silence de mort et toutes les paires d’yeux se tournèrent vers lui. Les gens n’étaient pas captivés… mais apeurés.

Peuple de Londres ! Votre rage a été entendue. Nous savons que ça ne peut plus durer. Mais vos cris de porcs qu'on égorge ne feront pas avancer l'affaire. Reprenez-vous ! Comportez-vous en adultes civilisés ! Ayez du respect envers ces jeunes gens qui veulent vous aider à retrouver vos enfants... ET FERMEZ-LÀ !


Lewis se gratta la tête, toujours aussi étonné. Il ne connaissait absolument pas cette personne, mais il devait avouer qu’il aurait fait un bon agent de police, au moins pour faire taire les foules. Maintenant qu’il y pensait, il avait l’air d’en être … mais il connaissait tout les effectifs, c’était donc impossible.

La foule se calma aussitôt. Tellement que certains décidèrent de partir de leur côté, tandis que d’autres quittaient simplement les lieux pour rejoindre leur foyer.


Veuillez me pardonner pour cette entrée. Il fallait les calmer d'urgence. Je suis Jérémy Rathbone, et je me joins à vos investigations. Inspecteur, peut-être devriez-vous profiter de ce répit pour agir ?

L’homme qui avait calmé aussi sec la foule vint vers eux, se présentant comme Jeremy. Un détail étrange intrigua néanmoins Lewis. Cet homme savait qu’il était inspecteur. Cela se voyait tant que cela ?



MMmm, oui, je crois qu’on ferait bien d’y aller de notre côté maintenant … venez avec moi.
  

Il s’adressa bien entendu au petit groupe qu’ils avaient formés tous les 5. Ils auraient eu envie de réellement diriger tous les groupes, mais certains avaient décidé de partir en solo. Ce n’était plus important, au moins ils avaient évité une catastrophe.

S’éloignant du point central pour rejoindre une ruelle attenante, il se tourna finalement vers eux.

Ecoutez, l’objectif paraît simple, mais il ne l’est pas du tout. Le veilleur de nuit est un vagabond, alors ayez l’oeil vigilant. On finira bien par le retrouver sans devoir l'appâter. Je refuse qu’on fasse courir un risque à un gamin, alors… vous voulez encore vous séparer par groupe pour couvrir plus de terrain ? ou rester à 5 ? 




HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaspard Parker
avatar
SCIENTIFIQUE

Présence sur le forum : Présent

Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 63
Date d'inscription : 31/07/2017

Votre personnage
Espèce: Humain
Jauge d'âme:
400/1000  (400/1000)
Jauge de Puissance:
0/1000  (0/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mer 4 Oct - 12:35
Victorian Children


Effectivement, ses propos n'avaient eu aucun impact visible de premier abord. Mais lorsque l'on jette un caillou dans une rivière, ce n'est pas le plouf qui est important mais les petites ondes qui se propagent par la suite. Première onde, le type qui semblait connaître Randall venait de s'approcher de lui...Pour être un groupe, il suffit de ne plus être seul.

Finalement, après quelques tentatives plus où moins fructueuses, il se retrouvaient à 5. Trois hommes et deux femmes. Parker prit le temps d'observer chaque participant à son arrivé auprès d'eux. Il y avait le type des forces de l'ordre, une jeune femme à la chevelure flamboyante, une française, l'utilisation de cette langue et son accent attirèrent son attention, lui qui semblait absent depuis qu'il avait pris la parole scruta un instant cette demoiselle. Voilà bien longtemps qu'il n'avait pas entendu du français. Enfin le dernier venu, un certain Jeremy qui semblait également avoir les épaules pour diriger un groupe, mais qu'il ne sentait pas.

Gaspard ne jugeait pas, il observait et attendait un bon moment avant de se faire un avis sur les gens. Pourtant lorsque son instinct lui disait qu'une personne était mauvaise, il l'écoutait toujours. Et là son instinct lui dictait que ce Jérémy n'allait pas lui plaire. Bien qu'il ait réussi le tour de force de calmer la foule, il n'avait rien fait de plus et s'était rangé au côté de l'autre homme. Un inspecteur...

Docilement il suivit le petit groupe, il s'agissait probablement du groupe qui avait le plus de chance de réussir la tâche de ce soir. Puis il écouta avec attention les propositions de celui qui était le leader. Propositions qui s’avéraient être plutôt vague. Il leur demandait leur avis concernant la constitution du groupe et il ne semblait pas avoir d'indications précises sur où chercher. C'est en l'écoutant que Parker compris qu'ils perdaient leur temps.

Ils allaient chercher une aiguille dans une botte de foin.

Les raisonnements de l'inspecteur étaient bon, se séparer permettait de couvrir plus de terrain, seulement il n'était pas certain que les autres membres du groupe (lui-même compris) sachent comment réagir en présence du fameux veilleur de nuit. Et si ce dernier tentait de fuir? Où s'il décidait de les agresser?

Il réfléchit ensuite à la constitution des groupes. Un bon groupe devait être constitué d'un leader, d'une personne qui savait imposer ses idées sans brusquer les autres et des autres. Parmi les personnes qui l'entouraient, il voyait évidement quels étaient les deux leaders qui semblaient capable de gérer un groupe et d'agir en toute circonstance. Lui même ne tenait pas à porter cette responsabilité.

Il croisa les bras. D'abord se présenter. Cela rendrait les choses plus facile lorsqu'ils devront se hurler dessus pour faire entendre leur point de vue. Et puis en cas de vote, les gens se rangent plus facilement aux avis des personnes qu'ils ont l'impression de connaître.

"Je m'appelle Gaspard Parker. Les vagabonds connaissent parfaitement les recoins de cette ville. Beaucoup mieux que nous. Personne n'a une idée des endroits qu'il affectionne?"

S'ils n'avaient vraiment aucune piste alors la plus sage des solutions était en effet de se séparer. Mais il se refusait à faire équipe avec ce Jeremy. Il remonta une nouvelle fois ses lunettes en expliquant son point de vue quand aux groupes.

"Se séparer semble en effet être une bonne idée. Ne serait-ce que pour éviter d'être tous appréhendés par la police. Cependant, je doute que l'on soit capable de réagir correctement si l'en d'entre nous entre en contact avec le suspect. Et comment prévenir les autres de l'avancé des recherches?"


Codage par Libella sur Graphiorum


HRP:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar
PEINTRE

Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 53
Date d'inscription : 06/09/2017
Localisation : Sud de Londres.

Votre personnage
Espèce: humaine
Jauge d'âme:
500/1000  (500/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Sam 7 Oct - 16:40
Victorian ChildrenPoor London
Can you see your children
as they slowly go to the dogs?





Acceptant l’aide offerte par l’inspecteur pour descendre, Joah saute d’un pas leste du banc, venant observer le nouveau protagoniste. Une jeune femme aux cheveux clairs, qui, plus tôt, a parlé en français. La danoise ne parle pas assez bien la langue pour être certaine des paroles murmurées, et grimace un peu, alors que l’inconnue siffle dans l’espoir d’attirer l’attention de certaines personnes. Mais rien n’y fait.

« Désolée... Je suis d'avis que nous fassions des groupes pour quadriller les lieux. Presque à le faire sans eux qui ne veulent pas entendre raison. »

Joah acquiesce, bien d’accord avec la jeune femme. S’ils sont aussi peu à vouloir réellement agir… alors soit. Un petit groupe sera plus discret après tout. A supposer que le Veilleur de Nuit ne les ait pas déjà entendus, et ne se méfie, avec tout le brouhaha que génère l’émeute.

« CA SUFFIT MAINTENANT !  »

La voix forte qui vient de retentir la fait brusquement sursauter. La jeune femme tourne la tête vers l’auteur de l’ordre, un grand homme au visage sévère et grave. Tiens… personne n’ose plus dire mot, désormais. La rouquine soupire de soulagement. Pas sûr que cela dure vraiment… mais si cet individu peut leur apporter un peu de calme. Quelle autorité !

« Peuple de Londres ! Votre rage a été entendue. Nous savons que ça ne peut plus durer. Mais vos cris de porcs qu'on égorge ne feront pas avancer l'affaire. Reprenez-vous ! Comportez-vous en adultes civilisés ! Ayez du respect envers ces jeunes gens qui veulent vous aider à retrouver vos enfants... ET FERMEZ-LÀ ! »

Plus personne ne dit mot. Les gens sont bien trop penauds, apeurés ou simplement décontenancé par l’engueulade leur tombant dessus. La danoise fixe l’homme, reconnaissante. Elle aussi est en colère. Peut-être même plus que nombre de ces hommes et femmes venus pour "aider", sinon se rassembler et exprimer leur mécontentement. Le Veilleur est pour elle une menace directe. Et il est hors de question que celui-ci enlève Vincent… malgré tous les évènements survenus ces dernières années, jamais Joah n’a appuyé sur la gâchette. Une certaine fierté pour elle. Mais pour son fils, elle n’hésitera pas une seule seconde. Les yeux gris de la jeune femme se portent sur les quatre individus autour d’elle. Le pasteur s’est rapproché.

« Veuillez me pardonner pour cette entrée. Il fallait les calmer d'urgence. Je suis Jérémy Rathbone, et je me joins à vos investigations. Inspecteur, peut-être devriez-vous profiter de ce répit pour agir ? »
« MMmm, oui, je crois qu’on ferait bien d’y aller de notre côté maintenant … venez avec moi. »

Alors que leur petit groupe s’engage dans une ruelle attenante, Joah remarque que beaucoup ont quitté la place ; peut-être pour aller sillonner les rues, ou exprimer leur colère ailleurs. Quelle qu’en soit la raison, peu importe ; le pire a été évité. Elle aurait détesté se retrouver face à Randall…

Alors que l’homme ayant cherché à calmer la foule, plus tôt, et certainement le leader de leur groupe leur expose la situation, Joah soupire, regardant autour d’eux. Ils n’ont donc aucun indice autre qu’un périmètre assez vague… c’en est déprimant. Comment pourront-ils être sûrs de le trouver ? Ou qu’ils ne lui passent pas à côté sans le reconnaitre ? Cependant, l’inspecteur a raison sur un point. Ne pas utiliser d’appâts. Cette décision, Joah est parfaitement en accord avec. Elle aurait quitté le groupe aussi sec s’il avait suggéré le contraire.

L’homme à l’allure de scientifique se présente. Gaspard Parker. Joah note ce nom dans sa mémoire, à côté de celui de Jérémy Rathbone. Il sera plus facile de s’interpeller s’ils se souviennent de leurs noms respectifs. La jeune femme tourne la tête vers Gaspard, l’écoutant donner son avis quant à la question des groupes. Et gardant en tête sa question. Où se cache un vagabond, elle peut en avoir une idée ; elle-même l’a été durant plusieurs années.

« Je m’appelle Joah Andersen. Pour ce qui est des vagabonds, il me semble qu’un bâtiment abandonné peut-être une piste envisageable. Surtout à cette période de l’année. » Joah réfléchit un instant, ajoutant : « Ou bien, une ruelle non loin de commerces. Où ils peuvent trouver un peu de chaleur, et de quoi survivre. »

Regardant tour à tour les quatre protagonistes, la danoise pose une main sur sa hanche, continuant :

« Je suis du même avis que Monsieur Parker. Se séparer serait plus discret, mais comment être certain que nous réagirons correctement ? De plus –et pardonnez l’offense, mais nous ne savons rien les uns des autres. Le Veilleur pourrait tout aussi bien s’être joint à un groupe, ou même au nôtre. Et faire confiance à un inconnu n’est pas un risque que je pense être prête à prendre, ce soir. Être plus nombreux est plus sécurisant. »

Cela peut sembler être tiré par les cheveux ; mais quelle meilleure cachette que dans le feu de l’action ? Peut-être que le Veilleur a eu vent de ce rassemblement, et pour se protéger, a décidé de s’y joindre. Et puis, certaines personnes ici lui inspirent plus confiance de d’autres. Elle n’arrive pas à déchiffrer le regard du pasteur.


© 2981 12289 0

HRP:
 


Jeg taler ind #9999cc
Thème de Joah ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Orchard
avatar
GARDIENNE

Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 255
Date d'inscription : 03/02/2016
Age : 22
Localisation : Forêt

Votre personnage
Espèce: Loup-garou
Jauge d'âme:
250/1000  (250/1000)
Jauge de Puissance:
200/1000  (200/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Lun 9 Oct - 22:28
Victorian ChildrenInspecteur Lewis, Gaspard, Joah, Jeremy"Beware, beware, be skeptical of their smiles, their smiles of plated gold, deceit so natural, but a wolf in sheep's clothing is more than a warning"Je n'en pouvais plus de cette foule qui ne cessait de se plaindre. Cela me cassait les oreilles. Aucun de nous quatre ait pu calmer la foule, pas même l'inspecteur. Ils méritaient tous une leçon du savoir vivre. Je pourrais très bien leur apprendre, mais pas une manière très douce. J'étais prête à quitter de mon côté si la foule ne se calme pas, mais alors que tout espoir était perdu, un homme, un pasteur à première vue, s'éleva la voix pour se faire entendre parmi la foule.

▬ «CA SUFFIT MAINTENANT !»

Après ses paroles, tous les participants à l'émeute se taisaient. Bien. J'esquissais un bref sourire en regardant l'homme qui avait prit cette bonne tentative. Je glissais mes mains derrière mon dos attendant ce qu'il avait à dire d'autre.

▬ «Peuple de Londres ! Votre rage a été entendue. Nous savons que ça ne peut plus durer. Mais vos cris de porcs qu'on égorge ne feront pas avancer l'affaire. Reprenez-vous ! Comportez-vous en adultes civilisés ! Ayez du respect envers ces jeunes gens qui veulent vous aider à retrouver vos enfants... ET FERMEZ-LÀ !»

Hm du porc... J'adorais ça ! Il m'avait donné faim du coup. Peut-être qu'après l'enquête j'irais chasser le gibier ? Oui, bonne idée, ça me remplira mon estomac qui commençait à crier famine. Concentre-toi Nora, disait ma conscience. Je secouais légèrement ma tête tout en regardant la foule qui ne disaient plus un mot. Tient ? Plus un mot ? Ils ont peur de l'autorité ou quoi ? Le pasteur s'approchait de notre groupe en avant de la foule. Une main en plus était toujours apprécier pour faire avancer l'enquête.

▬ «Veuillez me pardonner pour cette entrée. Il fallait les calmer d'urgence. Je suis Jérémy Rathbone, et je me joins à vos investigations. Inspecteur, peut-être devriez-vous profiter de ce répit pour agir ?»

▬ «MMmm, oui, je crois qu’on ferait bien d’y aller de notre côté maintenant … venez avec moi.»

Tous suivons l'inspecteur qui avait prit en charge la situation. La personne qui a donné le point de rendez-vous, mais ce n'était pas dérouler comme prévu. Cela a du être frustrant pour lui de voir que presque tout ceux qui c'était assemblez n'arrêtais pas de se plaindre à voix haute. D'ailleurs parlant de la foule, cette dernière c'était dispersé. La veilleur de nuit allait-il s'en prendre à quelques uns d'entre eux pendant que nous avions le dos tourné ? Je humais discrètement l'air, mais pas de menace à l'horizon. Pas pour l'instant. Nous 5 rejoignons une ruelle attenante tandis que l'inspecteur donnait son point de vue.

▬ «Ecoutez, l’objectif paraît simple, mais il ne l’est pas du tout. Le veilleur de nuit est un vagabond, alors ayez l’oeil vigilant. On finira bien par le retrouver sans devoir l'appâter. Je refuse qu’on fasse courir un risque à un gamin, alors… vous voulez encore vous séparer par groupe pour couvrir plus de terrain ? ou rester à 5 ?»


▬ «Je m'appelle Gaspard Parker. Les vagabonds connaissent parfaitement les recoins de cette ville. Beaucoup mieux que nous. Personne n'a une idée des endroits qu'il affectionne?»

Les vagabonds, hein ? J'en connaissais pas, pas le moindre du monde. Je vivais à la campagne depuis que je suis toute petite. Londres à changé depuis et il est rare que je me promène en ville. On a pas de vagabond dans la campagne encore moins dans la forêt... Ils préfèrent un lieu où qu'il y a plus de monde, la chaleur et surtout des recoins où que personne ne va. Je ne pouvais pas aider sur ce coup. Gaspard remontait ses lunettes pour émettre son point de vue sur la séparation du groupe ou rester ensemble.

▬ «Se séparer semble en effet être une bonne idée. Ne serait-ce que pour éviter d'être tous appréhendés par la police. Cependant, je doute que l'on soit capable de réagir correctement si l'en d'entre nous entre en contact avec le suspect. Et comment prévenir les autres de l'avancé des recherches?»

Je sais me défendre, pensais-je. Mais le but n'était pas de blesser le Veilleur de nuit, mais obtenir les réponses que l'on voulait. Ma force servirait juste à l'arrêter sans plus. Qu'est-ce qui était mieux dans le fond ? Rester grouper ou nous séparer ? Je travaille souvent en solo alors en groupe je ne savais pas trop comment cela fonctionne. Je ne pouvais pas me permettre de faire une erreur, pas une seule.

«Je m’appelle Joah Andersen. Pour ce qui est des vagabonds, il me semble qu’un bâtiment abandonné peut-être une piste envisageable. Surtout à cette période de l’année.» Elle se tût un instant tout en reprenant. «Ou bien, une ruelle non loin de commerces. Où ils peuvent trouver un peu de chaleur, et de quoi survivre.»  

Joah nous regardait un à un posant une main sur sa hanche. Elle poursuivait ses explications ainsi que son point de vue.

▬ «Je suis du même avis que Monsieur Parker. Se séparer serait plus discret, mais comment être certain que nous réagirons correctement ? De plus –et pardonnez l’offense, mais nous ne savons rien les uns des autres. Le Veilleur pourrait tout aussi bien s’être joint à un groupe, ou même au nôtre. Et faire confiance à un inconnu n’est pas un risque que je pense être prête à prendre, ce soir. Être plus nombreux est plus sécurisant.»

▬ «Le résonnement de mademoiselle Andersen n'est pas fausse. Oh, pardonnez-moi je m'appelle Nora Orchard. Où en étais-je ? Ah oui ! Effectivement il pourrait s'être rejoint parmi nous... Mais je ne veux pas y songer, du moins pas pour l'instant. À ce propos si nous séparions comment avertir que l'un a attrapé le Veilleur sans qu'il fuit ? Je ne doute pas de vos forces, mais je me doute qu'il se laisse avoir aussi facilement. J'opte pour que nous restions groupés. Au cas où qu'il se produit quelque chose on aura au moins qu'il pourra réagir rapidement.»

Je croisais les bras en fermant un instant les yeux inspirant un coup prenant en compte l'odeur de chacun. De l'inspecteur, Gaspard, Joah ainsi que Jeremy. Tous avaient une odeur différente, distinct. J'ouvrais les yeux les regardant un après l'autre trouvant une autre idée, mais pas forcément la meilleure qui soit.

▬ «Ou nous séparer en groupe de 2 ou de 3. C'est comme vous voulez. Qu'est-ce qui serait plus judicieux ?»

On était 5, donc un groupe serait en équipe de deux et l'autre en équipe de trois. Plus discret qu'en groupe de 5, mais ce n'était qu'une idée comme ça. Elle n'était pas obligée d'être considérer. Je détournais légèrement mon regard vers le pasteur. Il n'était pas "normal" comme si il était quelqu'un d'autres, mais je n'arrivais pas à dire quoi...    
© 2981 12289 0

HRP:
 


The beast is there. The beast approaches. The beast is feverish. The beast wants to express itself. Time is running out. You understand ?Nobody can save you! Nobody will! You are a monster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Rathbone
avatar
PASTEUR

Présence sur le forum : Présent - PNJ
Lien Fiche :
Messages : 8
Date d'inscription : 23/09/2017
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mar 10 Oct - 23:43
Victorian ChildrenInspecteur Lewis & Gaspard Parker & Joah Andersen & Nora Orchard
L'inspecteur reprend ses esprits et demande au groupe de le suivre dans une ruelle isolée. Derrière eux, les habitants se séparent et gardent le silence imposé tantôt. Jérémy se réjouit par son charisme implacable. La catastrophe est évitée, ils peuvent travailler. Pour en revenir à l'inspecteur et l'enquête, le pasteur est formel : un plan de match doit être instauré. Lewis commence par expliquer la situation. Le veilleur de nuit est un vagabond, s'en emparer ne sera pas chose aisée. Il n'a qu'une malheureuse proposition : se séparer ou rester groupé. À tour de rôles, chaque protagoniste se présenta et donna sa vision des choses. C'est très bien. Jérémy écoute tout le monde avec attention, et fait le point en silence. Alors, qu'en est-il ?

Le pasteur observe attentivement chaque enquêteur et tente de retenir chaque nom. Gaspard Parker, avec une forte allure de scientifique, sans aucun doute. Joah Andersen, une simple civile. Difficile à dire ce qu'elle fait dans la vie, bien qu'il lui semble apercevoir des petites traces de peinture sous ses ongles. Nora Orchard, même affaire... Bien qu'il soupçonne quelque chose d'étrange chez elle, comme si son attention sur les enfants enlevés la touchait d'un peu trop près... Et l'inspecteur Lewis, qu'il connaît déjà de nom. Tout le monde semble d'accord sur un point au demeurant : se séparer n'est pas forcément la meilleure des solutions. Chacun détient un avis différent, comme la réaction face à l'individu à appréhender et ce besoin de connaître un minimum les gens avec qui on travaille. Jérémy ne peut pas contredire la petite troupe sur leurs inquiétudes multiples. Rester souder reste ce qu'il y a de mieux, du moins pour commencer. S'étant déjà présenté au groupe, il reprit la parole et rejoignit l'avis général :

« Messieurs, mesdemoiselles... Je partage l'ensemble de vos opinions. Faire deux groupes pour passer inaperçu est une bonne chose, mais nous ignorons tout de ce Veilleur de Nuit. Nous ne nous connaissons pas non plus, ce qui risque de poser un problème de confiance au sein des équipes. Restons unis, et apprenons les uns des autres. Il sera toujours bon de se séparer lorsque nous aurons des indices solides. »

Le ton calme et posé du pasteur ne passe pas inaperçu. Lewis et lui ont des carrures de leader, il n'a pas besoin de le dire. Les jeunes femmes n'oseront jamais s'imposer sans être certaines de leurs propos, et le scientifique préfère le second plan. Bien que Jérémy souhaiterait mener toute la troupe à la baguette, il ne peut se passer de l'avis de Lewis.

« Inspecteur, je ne me permettrai pas de parler et de donner des directives sans votre consentement au préalable. Que décidez-vous ? »

Toute l'enquête repose sur ses épaules. Il est l'inspecteur en charge, il a désobéi à Randall et à l'autorité toute entière de Scotland Yard. Si ça tourne mal, c'est vers lui que les yeux se braqueront. Autant qu'il prenne conscience de l'enjeu tout de suite !

© YOU_COMPLETE_MESS

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar
PNJ

Présence sur le forum : Présent - PNJ
Messages : 43
Date d'inscription : 14/07/2016

Votre personnage
Espèce: Toutes
Jauge d'âme:
1000/1000  (1000/1000)
Jauge de Puissance:
1000/1000  (1000/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mer 11 Oct - 11:56
VICTORIA CHILDREN.


Après que chacun s'est présenté au reste du groupe, et donné son nom, il vous vient en effet une évidence à vos yeux : se séparer n'est certainement pas la meilleur option que vous avez. Vous resterez donc groupé, si effectivement c'est aussi le choix de l'inspecteur. Car en effet, qui d'entre vous pourront tenir tête à un homme comme le Veilleur ? La sécurité a été choisi.

La plupart d'entre vous ont une méfiance notable par rapport à certains membres du groupe, et la question est vite posée : et si le coupable était parmi vous ? Et si certains d'entre vous n'étaient pas ce qu'ils étaient en apparence ... doit-on se méfier de tout le monde ? Peut être une raison de plus pour rester groupé et ne pas se séparer ...

Les policiers de Scotland Yard ne semblent pour l'instant ne pas être sur les lieux. Les ruelles semblent beaucoup plus calme et tranquille, et vous n'entendez rien des autres groupes parti en recherche dans un autre quartier.

C'est à vous de mener l'enquête.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inspecteur Lewis
avatar
INSPECTEUR

Présence sur le forum : Absent - PNJ
Lien Fiche :
Messages : 9
Date d'inscription : 08/12/2014

Votre personnage
Espèce: Humain
Jauge d'âme:
600/1000  (600/1000)
Jauge de Puissance:
100/1000  (100/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mer 11 Oct - 12:39





L'inspecteur ne s'attendait pas du tout à ce que tout le monde se présente, mais il trouva l'idée plutôt bonne. Au moins, il saurait à qui il avait à faire, et il saurait comment les appeler en plus d'avoir leur avis sur la question de faire des groupes ou non.

Je m'appelle Gaspard Parker. Les vagabonds connaissent parfaitement les recoins de cette ville. Beaucoup mieux que nous. Personne n'a une idée des endroits qu'il affectionne?

Voilà qui était une bonne question. Par où commencer les recherches. En vérité, Lewis avait en effet déjà quelque piste de recherche. Là où le Veilleur avait été aperçu les derniers enlèvements par exemple. Il savait exactement quel endroit, car même si la police n'avait pas eu ordre d'enquêter, il avait fait lui même sa propre enquête, au fil des articles de presses... imaginez un peu son appartement avec un tableau et des coupures un peu partout. Bref. Tout était clair dans son esprit sur ce point, et ils pourraient les conduire.

Se séparer semble en effet être une bonne idée. Ne serait-ce que pour éviter d'être tous appréhendés par la police. Cependant, je doute que l'on soit capable de réagir correctement si l'en d'entre nous entre en contact avec le suspect. Et comment prévenir les autres de l'avancé des recherches?

Lewis hocha la tête. Il ne l'avait pas vu de cette manière en pensant faire des groupes. Il devait l'avouer, il n'avait pas pensé à la sécurité de ces gens qu'il emmenait avec lui ... sans doute parce qu'il avait l'habitude lui même de prendre des risques insensés... mais ce valait-il la peine qu'il leur en fasse courir? Il soupira. La communication serait trop compliquée en effet. Il n'avait pas de sifflet sur lui.

 Je m’appelle Joah Andersen. Pour ce qui est des vagabonds, il me semble qu’un bâtiment abandonné peut-être une piste envisageable. Surtout à cette période de l’année. Ou bien, une ruelle non loin de commerces. Où ils peuvent trouver un peu de chaleur, et de quoi survivre.

Joah Andersen... ce nom lui disait quelque chose, mais il ne savait pas exactement quoi. C'était en tout cas un rapport avec la police, c'était certains. Une victime ? Un témoin ? Il n'arrivait pas à ce souvenir... mais cela ne lui évoquait pas non plus quelque chose de grave... enfin, il ne la trouvait pas plus dangereuse en entendant son nom ... peut être se souviendrait-il plus tard.

 Je suis du même avis que Monsieur Parker. Se séparer serait plus discret, mais comment être certain que nous réagirons correctement ? De plus –et pardonnez l’offense, mais nous ne savons rien les uns des autres. Le Veilleur pourrait tout aussi bien s’être joint à un groupe, ou même au nôtre. Et faire confiance à un inconnu n’est pas un risque que je pense être prête à prendre, ce soir. Être plus nombreux est plus sécurisant.  

A l'évocation de la possibilité que le veilleur soit l'un d'entre eux, James Lewis se raidit. C'était là une possibilité toute à fait correcte. Il n'avait pas avant cela fait plus attention à eux, mais son regard fut beaucoup plus aguerrit... et si elle avait raison ? Si c'était elle ? ... le Veilleur avait toujours été vu masqué ... et son agilité témoignait que cela pouvait être également une femme...

 Le résonnement de mademoiselle Andersen n'est pas fausse. Oh, pardonnez-moi je m'appelle Nora Orchard. Où en étais-je ? Ah oui ! Effectivement il pourrait s'être rejoint parmi nous... Mais je ne veux pas y songer, du moins pas pour l'instant. À ce propos si nous séparions comment avertir que l'un a attrapé le Veilleur sans qu'il fuit ? Je ne doute pas de vos forces, mais je me doute qu'il se laisse avoir aussi facilement. J'opte pour que nous restions groupés. Au cas où qu'il se produit quelque chose on aura au moins qu'il pourra réagir rapidement.

Plus les paroles défilaient, plus Lewis avait une étrange sensation. Comme si effectivement, n'importe qui ici pouvait être le kidnappeur. A leur allure, leur taille, et leur corps élancés, n'importe qui pouvait l'être... ne pas tomber dans la paranoïa était nécessaire, mais il ne pouvait éviter d'un coup, de se méfier beaucoup plus de tout le monde ...



Ou nous séparer en groupe de 2 ou de 3. C'est comme vous voulez. Qu'est-ce qui serait plus judicieux ?

Maintenant que Lewis avait ces éléments, lui en tout cas avait une idée derrière la tête : ne jamais se séparer. Car oui, ils étaient 5. Les groupes seraient facilement déséquilibrer. Et si le veilleur était l'un d'entre eux, quelqu'un pourrait se retrouver seul avec lui ... il ne pouvait prendre ce risque... il ne voulait pas de dommage collatéral.

  Messieurs, mesdemoiselles... Je partage l'ensemble de vos opinions. Faire deux groupes pour passer inaperçu est une bonne chose, mais nous ignorons tout de ce Veilleur de Nuit. Nous ne nous connaissons pas non plus, ce qui risque de poser un problème de confiance au sein des équipes. Restons unis, et apprenons les uns des autres. Il sera toujours bon de se séparer lorsque nous aurons des indices solides.

Le problème de confiance était pourtant bel et bien installé... il était déjà trop tard. C'était certain ... il fallait qu'ils en apprennent de chacun en même temps qu'ils feraient leur recherche et quadrillerait le secteur...

  Inspecteur, je ne me permettrai pas de parler et de donner des directives sans votre consentement au préalable. Que décidez-vous ?

Lewis était devenu beaucoup plus fermé. Il était pensif. Essayait de savoir ce qu'il savait sur chacun d'eux. Mais rien et tout à la fois pouvait les rendre coupable. Il soupira une nouvelle fois.

Vous avez raison. Se séparer serait bien plus dangereux. Je connais les endroits où le Veilleur a kidnappé les enfants. Des fois il revenait sur les lieux ... on peut chercher là-bas. Oh et ceux qui n'ont pas encore compris ... c'est bien moi qui a fait appel à tout le monde pour les recherches... je suis inspecteur de Scotland Yard... appelez moi juste James, je ne suis pas en fonction. En revanche... j'ai ceci... si ça peut vous rassurer.
 

Lewis ouvrit sa veste pour leur montrer son arme de service, bien rangé dans son étui autour de sa taille. Au moins, si chacun se demandait avec quoi ils pourraient bien arrêter le Veilleur, il était effectivement armé. En revanche, il n'avait pas pensé à une arme secondaire... et il ne pensa pas qu'ici quelqu'un en avait une.

Il leur fit à nouveau signe de se mettre en route, voulant les mener aux premiers endroits.

C'est alors là qu'il eut la révélation. Alors qu'il marchait, il essaya de se rapprocher de Joah, laissant les autres parler entre eux pour faire connaissance pendant le chemin qu'ils avaient à parcourir. C'est une fois à sa hauteur, et d'une voix un peu plus faible qu'il lui parla.

 Vous êtes Joah Andersen... celle qui était dans la ligne de mire de Randall y a pas si longtemps ...je vous trouve bien courageuse de ne pas avoir cédé à ses accusations. La plupart se sont déclarés coupables alors qu'ils n'avaient même pas commencé le procès ... juste pour éviter les regards et les jugements des autres. Il m'a refusé l'enquête au début vous savez ... car je savais que vous n'étiez pas coupable.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaspard Parker
avatar
SCIENTIFIQUE

Présence sur le forum : Présent

Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 63
Date d'inscription : 31/07/2017

Votre personnage
Espèce: Humain
Jauge d'âme:
400/1000  (400/1000)
Jauge de Puissance:
0/1000  (0/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mer 11 Oct - 18:52
Victorian Children


Chacun s’était exprimé, avait donné son point de vue avec plus ou moins de conviction. Mis à part le pasteur qui s’était contenté de répéter ce qui avait été dit…en le formulant d’une manière différente. Mais après tout, peut-être que tout avait été dit.

Parker referma les pans de son manteau. La soirée s’annonçait longue et il se demanda une nouvelle fois ce qui l’avait poussé à venir ici. En vérité il savait exactement pourquoi il était ici et pas chez lui à boire tranquillement son verre de whisky. Et il ne tenait pas vraiment à replonger dans ces pensées.
Il observa donc la petite troupe se mettre en marche, une fois que l’inspecteur leur eût montré qu’il était armé et qu’il avait des idées. Pourquoi leur montrer son arme ? Pour les rassurer sur sa capacité à agir en cas de pépin, pour prévenir que si l’un d’entre eux tentait quelque chose ce soir il serait là ? Difficile à dire. Il sentait que les présentations, loin de les avoir rapproché avaient implanté un doute au sein des esprits.

Et si le veilleur était l’un d’entre eux ?

Il observa tour à tour les dos qui s’éloignaient, avant de se mettre en marche à leur suite. Il y avait ce Lewis. Impossible qu’il soit le veilleur à moins qu’il ne soit très rusé. Demander à des personnes de partir à sa propre recherche…Cela impliquait une bonne dose de folie et un raisonnement assez absurde. Les deux femmes, étrangement il ne voyait pas une femme commettre ces enlèvements, à moins qu’il ne s’agisse d’une femme en mal d’enfants…pour en savoir plus il lui faudra se rapprocher un peu plus d’elles. Et puis il y avait le pasteur. Qui leur conseillait de se connaître afin de se faire confiance. Aucun d’entre eux ne semblait avoir le profil pour être le veilleur de nuit…mais Parker n’était pas un profiler. Il se contentait d’observer des faits et de vérifier ses hypothèses. Pour le moment il fallait construire les hypothèses.

Voyant Lewis discuter avec Andersen, il se décida à discuter avec la jeune française. Sans oublier que le pasteur ne devait rien perdre de leur conversation. Augmentant ses enjambées afin de les rattraper, il se plaça à la gauche de cette dernière et amorça la discussion.

« La France ne vous manque pas trop ? »

Il ne savait pas trop comment lancer la discussion, alors qu’ils étaient en train de faire une chasse à l’homme. Parler de la pluie et du beau temps paraissait tellement surréaliste, mais il fallait bien une entrée en matière. Alors il choisit d’attaquer par quelque chose de facile. En général les gens aimaient bien leur patrie. Ils aimaient savoir que l’on avait reconnu leur langue et le contact se faisait plus facilement. Bien entendu, cela ne fonctionnait pas toujours. Mais cela valait la peine d’essayer.

« J’ai toujours eu beaucoup de plaisir à entendre cette langue. L’une des plus difficiles à pratiquer soit dite en passant. »

Puis il tourna le regard vers l’autre homme. Décidant de jouer carte sur table, Parker déclara d’une voix teintée d’amusement et de surprise.

« Je suis étonné que vous n’ayez pas pris la tête des opérations. »

Il évita une flaque d’eau et rajusta une nouvelle fois ses lunettes qui avaient la fâcheuse manie de glisser lorsqu’il marchait. Il ne savait pas vers où ils se dirigeaient et cet handicap le gênait bien plus qu’il ne voulait l’avouer. Si ce Lewis était le veilleur de nuit, peut-être qu’il les emmenait tout droit vers leur tombe. Il hésita entre le fait de dévoiler ses inquiétudes, au risque de passer pour un pleutre ou pire de les transmettre aux autres ou de garder ses idées pour lui. Mais ils n’avanceraient à rien si personne ne s’exprimait… Finalement il laissa échapper en un murmure.

« Je ne sais pas si voir son arme m’a vraiment rassuré finalement… vous pensez qu’il va vouloir jouer avec ? »

Parker n’aimait pas les armes à feu. Il savait se défendre mais face à ce genre d’arme , on était toujours perdant.

Codage par Libella sur Graphiorum


HRP:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar
PEINTRE

Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 53
Date d'inscription : 06/09/2017
Localisation : Sud de Londres.

Votre personnage
Espèce: humaine
Jauge d'âme:
500/1000  (500/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Sam 14 Oct - 23:31
Victorian ChildrenPoor London
Can you see your children
as they slowly go to the dogs?




Alors que chacun finit de se présenter, c’est au tour du brun, qui se présente comme un inspecteur. Joah s’en doutait déjà, mais voilà ses suspicions confirmées. Ainsi, il s’agit de celui ayant lancé un tel appel… est-il idiot, inconscient ou a-t-il seulement trop foi en le peuple ? La jeune femme pencherait plus pour cette dernière option. Cependant, la certitude désormais d’être aux côtés d’une figure des forces de l’ordre ne la rassure pas ; tout le contraire… à la façon dont il l’a regardée lorsqu’elle a évoqué son propre nom, la danoise n’a aucun doute sur le fait que celui-ci lui rappelle quelque chose. Combien de temps avait duré l’enquête, un an ? Une année durant laquelle l’Angleterre l’a considérée comme une criminelle… alors qu’elle gaspilla ce même temps à justement éloigner le véritable tueur. Enfin. Cela n’est pas à l’ordre du jour pour le moment…

Le regard gris de la peintre accroche un instant le revolver, alors que James le leur montre brièvement. Fait-il cela dans le but de les intimider, ou de les rassurer ? Dans tous les cas, prendre conscience de cette arme ne la rassure pas le moins du monde. Joah n’est pas assez inconsciente pour glisser sa main dans son manteau, et s’assurer que la lame est toujours bien en place… mais elle peut la sentir, tout contre elle. Andersen n’est pas assez inconsciente pour se lancer dans une telle opération sans avoir de quoi se défendre. Un poignard n’est rien face à un revolver, mais peut-être que l’effet de surprise lui sera bénéfique, si cet inspecteur se révèle être le Veilleur… après tout, ils ne savent rien les uns des autres.

Alors qu’ils se mettent en route, le regard de Joah glisse sur tous les protagonistes de cette soirée. Ce pasteur, à l’autorité affirmée, et qui ne lui inspire absolument aucune sympathie ni confiance… sans qu’elle puisse l’expliquer. Un instinct. Elle n’aimerait pas se retrouver seule avec lui, s’ils venaient à se séparer. Après tout… quoi de mieux qu’un masque pieux pour s’affranchir de ses crimes ?
Il y a également cette jeune femme aux cheveux si clairs ; une française, sans aucun doute. Joah se sent moins méfiante à son égard, bien que l’hypothèse d’une femme cherchant à materner ne soit pas à exclure. Puis, ce scientifique. De tous les suspects ici, les raisons qu’elle pourrait lui trouver sont les plus morbides. Curiosité scientifique ? Non… il ne faut pas plonger dans la paranoïa. Mais Joah le surveille du coin de l’œil. Comme tous les autres. Il semble réfléchir, analyser autour de lui avant de s’exprimer. Un signe de sagesse, oui, mais peut-être aussi révélateur d’intentions criminelles ?... elle ne sait pas. Reste prudente. Autant qu’elle puisse aimer côtoyer les autres, faire confiance est devenu difficile pour la danoise. Il ne s’agirait pas de répéter les erreurs du passé.

Enfin… cet inspecteur. Qui s’avance à sa hauteur, alors que les trois autres individus se rapprochent et commencent également à converser. Le regard de Joah se tourne vers lui, alors que James commence à parler… et confirmant le doute qu’elle avait eu, plus tôt. Ainsi, il la reconnait.

« Vous êtes Joah Andersen... celle qui était dans la ligne de mire de Randall y a pas si longtemps ...je vous trouve bien courageuse de ne pas avoir cédé à ses accusations. La plupart se sont déclarés coupables alors qu'ils n'avaient même pas commencé le procès ... juste pour éviter les regards et les jugements des autres. Il m'a refusé l'enquête au début vous savez ... car je savais que vous n'étiez pas coupable. »

La rouquine le fixe un moment, de haut en bas, son air plus dédaigneux lorsqu’il se met à évoquer l’enquête. Quel fiasco…

« Cela fait sept ans, en vérité, que Randall cherche à me coffrer. Encore plus depuis mon retour en Angleterre. A croire que mon innocence a été perçue comme une défaite pour lui. » Un soupir. Elle observe un instant autour d’eux, son visage plus renfermé. « Si vous me pensiez innocente… alors pourquoi avoir laissé l’enquête trainer sur une longue année ? Je dois ma liberté à mes relations. Pas à Scotland Yard. Si la police avait fait son travail, je n’aurais pas eu à quitter l’Angleterre pour m’épargner la geôle. »

Joah tourne totalement son visage vers lui. Son regard amer semble également accusateur, désormais. En effet, c’est bien à son amante que l’artiste doit sa liberté… pas aux forces de l’ordre.

« J’espère que vous saurez vous montrer plus utile qu’elle, pour retrouver ces enfants. »

Evitant la même flaque d’eau que le scientifique, une seconde plus tôt, Andersen observe un instant le trio non loin d’eux, soupirant. Bloody painter. Le surnom que les journaux lui ont attribué, à l’époque. Un témoin de leur bien faible imagination. Six ans après avoir été innocentée… ce sobriquet la suit encore, en Angleterre. Jamais la police n’a retrouvé le véritable coupable. Se résignant, finalement, à l’hypothèse d’un sérial killer à l’ascension brève et fulgurante. Personne ne sait. Que Joah connait son identité. Et personne ne doit savoir. Isaac Kleist est mort, de toute manière. Laissons les morts en paix.

Pensive, la jeune femme réfléchit à la remarque du scientifique, saisie entre deux brides de conversation. L’inspecteur ira-t-il jusqu’à se servir de son arme ?... elle n’espère pas. D’un côté, la présence d’une arme à feu est inquiétante, mais que comptent-ils faire autrement, face au Veilleur ?



© 2981 12289 0

HRP:
 


Jeg taler ind #9999cc
Thème de Joah ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Orchard
avatar
GARDIENNE

Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 255
Date d'inscription : 03/02/2016
Age : 22
Localisation : Forêt

Votre personnage
Espèce: Loup-garou
Jauge d'âme:
250/1000  (250/1000)
Jauge de Puissance:
200/1000  (200/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Dim 15 Oct - 5:52
Victorian ChildrenInspecteur Lewis, Gaspard, Joah, Jeremy"Beware, beware, be skeptical of their smiles, their smiles of plated gold, deceit so natural, but a wolf in sheep's clothing is more than a warning"Le pasteur Jeremy ajoutait son grain de sel quant à rester souder ou se séparer. La réponse fût pourtant évidente, qui voudrait se séparer tandis que nous avions un doute sur tous et chacun ?
Tous étaient humains, sauf un seul. Le pasteur. Quelque chose clochait chez lui. Rien d'humain,
mais devais-je affoler le reste du groupe de mon ressentie ? Et comment expliquer par la suite ?
Je restais silencieuse face à ça, puisque si je pouvais le sentir, il pouvait également me sentir. Je ne voulais pas courir ce risque.

▬ «Messieurs, mesdemoiselles... Je partage l'ensemble de vos opinions. Faire deux groupes pour passer inaperçu est une bonne chose, mais nous ignorons tout de ce Veilleur de Nuit. Nous ne nous connaissons pas non plus, ce qui risque de poser un problème de confiance au sein des équipes. Restons unis, et apprenons les uns des autres. Il sera toujours bon de se séparer lorsque nous aurons des indices solides.»

Des indices solides, pensais-je. Je me doute que ça tombera du ciel ce genre d'indice. Apprendre à faire connaissance, encore une chose que nous pouvions facilement inventer de toute pièces.

▬ «Inspecteur, je ne me permettrai pas de parler et de donner des directives sans votre consentement au préalable. Que décidez-vous ?»

L'inspecteur songeait à nos dires, après tout c'était lui le chef de l'opération et c'est lui qui doit décider si nous restions grouper ou pas. Son choix.

▬ «Vous avez raison. Se séparer serait bien plus dangereux. Je connais les endroits où le Veilleur a kidnappé les enfants. Des fois il revenait sur les lieux ... on peut chercher là-bas. Oh et ceux qui n'ont pas encore compris ... c'est bien moi qui a fait appel à tout le monde pour les recherches... je suis inspecteur de Scotland Yard... appelez moi juste James, je ne suis pas en fonction. En revanche... j'ai ceci... si ça peut vous rassurer.»

Ainsi soit-il. Inspecteur Lewis, plutôt James, ouvrait sa veste pour nous montrer son arme de service dans son étui accroché à sa ceinture. Plus rapide pour tirer, j'avais en ma possession deux dagues bien dissimulés en cas de besoin. Je ne voudrais pas user de mes griffes devant des humains, ils ne sont pas prêts à découvrir la vérité qui se cache sous leurs yeux. Un avantage pour moi, c'était que je voyais très bien pendant la nuit. Ma vision nocturne me permettait de voir des choses que les humains ne verraient pas nécessairement, pas rapidement du moins. Et mon odorat. Rien à l'horizon.

James nous faisait signe d'avancer pour commencer nos recherches. Bien. Je tournais les talons me mettant en route. Je glissais mes mains dans mes poches, je n'avais pas nécessairement froid aux mains, mais c'était toujours mieux que les trimbaler dans le vide. Des pas s'approchait de moi, je reconnaissais cette odeur, celle de Gaspard. Il se tenait à ma gauche, je tournais légèrement ma tête vers lui tandis qu'il démarrait une conversation avec moi. Une chose qui m'étonnait. Je ne m'y attendais pas.

▬ «La France ne vous manque pas trop ?»

Si la France me manquait ? Pas du tout, puisque je n'y ait jamais mit les pieds là-bas, du moins pas à mon souvenir le plus proche. Que devais-je lui répondre ? La franchise avant tout n'est-ce pas ?

▬ «J’ai toujours eu beaucoup de plaisir à entendre cette langue. L’une des plus difficiles à pratiquer soit dite en passant.»

Hm. Il est vrai que ce n'était pas une langue facile à apprendre. Cette langue avait un certain charme, surtout pour les poèmes. Je n'eu pas le temps de répondre que Gaspard s'exclamait haut et fort, certainement au Pasteur.

▬ «Je suis étonné que vous n’ayez pas pris la tête des opérations.»

J'esquissais un bref sourire. Il est vrai que le pasteur aurait pu prendre en tête de l'opération,
mais c'était James qui avait mit tout ça en oeuvre, alors pourquoi quelqu'un d'autre prendrait-il sa place ? Était-ce une tactique pour dénicher une information de sa part ? Si tel est le cas,
ce Gaspard était tout de même brillant.

▬ «Pour répondre à votre question... Je ne viens pas de la France, je suis née ici à Londres. C'est ma mère qui m'a apprise cette langue dès mon jeune âge. Je ne sais pas si ma mère était française, il faut dire que la vie me l'a enlevé bien trop vite. Trop tard dirait-on...»

Il était trop tard pour que je la sauve. Mon bâtard de père qui nous a abandonné et ma mère fût retrouvée morte à la maison. J'étais seule, orpheline. J'étais rester allongée à ses côtés jusqu'à ce que mon oncle vienne me récupérer et m'emmener à ma nouvelle famille. Je m'ennuyais du vieux temps... J'ignore comment mes parents ce sont rencontrés, où ils sont nés et si leur malédiction de loup est héréditaire ou pas. Je ne savais rien. Ignorante soit-il. Le murmure de Gaspard arrivait jusqu'à mes oreilles, me laissant perplexe.  

▬ «Je ne sais pas si voir son arme m’a vraiment rassuré finalement… vous pensez qu’il va vouloir jouer avec ?»

Je ne répondis pas à sa question silencieuse. Je ne voulais pas emmener davantage de doute envers l'inspecteur. Je sentais que nous pouvions lui faire confiance et au pire je tenterais mon possible de protéger ce Gaspard et cette Joah. Pour le Pasteur... Hm... Je n'en savais rien... Je dirais un peut-être.

▬ «Dites-moi monsieur Parker, que faites-vous dans la vie ?»

Je n'étais pas d'humeur à jouer aux devinettes. Je lui souriais néanmoins gardant mes mains dans mes poches. J'étais sincère et il avait démarré la conversation alors pourquoi pas la continuer sur un ton un peu plus jovial. J'en profitais pour humer discrètement l'air frais. Un léger parfum vint à mes narines. Étrange. C'était probablement mon imagination, il n'y avait personne dans les environs... À moins que... Je levais les yeux vers les toits... Rien... J'allais devenir paranoïa à force de sentir des choses ainsi. Je ne voulais pas alarmer la troupe, pas encore puisque rien n'est confirmé. Je continuais tout de même la route regardant droit devant moi souriant toujours.  
© 2981 12289 0

HRP:
 


The beast is there. The beast approaches. The beast is feverish. The beast wants to express itself. Time is running out. You understand ?Nobody can save you! Nobody will! You are a monster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Rathbone
avatar
PASTEUR

Présence sur le forum : Présent - PNJ
Lien Fiche :
Messages : 8
Date d'inscription : 23/09/2017
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Lun 16 Oct - 20:17
Victorian ChildrenInspecteur Lewis & Gaspard Parker & Joah Andersen & Nora Orchard
Le pasteur écoute l'inspecteur donner ses directives pour la suite. Le voir montrer son arme lui provoque une forte envie de rire, mais il s'en abstient. Que peut-il faire d’héroïque avec un simple pistolet ? Prenant la route, le groupe quitte les lieux et suit Lewis comme un chien. James... Mouais. Jeremy ne fera pas d'exception à ses méthodes. Il appellera ses compatriotes de fortune par leur nom de famille, comme à son habitude. Il se retourne néanmoins afin de s'assurer de la sécurité du groupe. À première vue, tous les gens partent ailleurs, et toujours aucun signe de Scotland Yard. Fort bien... Leur volatilité passera inaperçue. Sur le chemin, le pasteur constate que des binômes se forment naturellement. Il refuse de discuter pour l'instant. Mais grâce à son ouïe, il entame une prospection sur eux, tâchant de savoir ce qu'ils se disent et... Ce qu'ils pensent.

Monsieur Parker se rapproche de Miss Orchard et la questionne sur la France. Aucun intérêt. En pleine réflexion, il ose même demander au pasteur pourquoi il ne prend pas la tête des opérations... Question à laquelle il se contente de dire non de la tête. Il se demande également si l'arme de Lewis ne dérange pas... Les scientifiques sont-ils trouillard à ce point-là ? Ce n'est pas comme s'il ne connait pas sa vision des choses ainsi que sa façon de faire... Ce genre de binoclard refuse de croire au surnaturel. Pourtant, Jeremy se sent persuadé qu'un simple homme ne peut enlever ces enfants tout seul. Sa correspondante n'est vraiment pas d'humeur à lui tenir la conversation, mais elle lui répond quand même et semble le détourner de Jeremy. Son aura le perturbe, vraiment. Ce n'est pas une femme ordinaire. Elle cache quelque chose. Son instinct maternel sur-développé ne trompe pas le pasteur. Que pouvait-elle être bon sang ? Soudain, un détail lui revient en mémoire. A un moment, il a cru l'avoir vu renifler l'air, comme un animal... La réponse lui saute aux yeux. C'est évident ! C'est une louve ! Qui plus est une louve avec des petits, ou se faisant passer pour une humaine en relation avec des enfants. Il n'y a pas d'autres possibilités. Bref... Quel charmant binôme tout compte fait ! Ne constatant rien d'intéressant de dit entre eux, il se concentre sur l'autre duo en marche.

Lewis se rapproche de Miss Andersen, mais pour un tout autre sujet quelque peu plus croustillant que ces banalités linguistiques. La jeune femme aurait eu des démêlés avec Randall ! Ce crétin ne peut pas s'empêcher de faire n'importe quoi, d'autant qu'apparemment elle est innocente. Pousser une personne à quitter son pays afin de se faire oublier... Décidément, il mériterait la pendaison ! Le pasteur garde la tête basse, et fait mine de réfléchir. Tous les protagonistes se méfient de lui. Qui ne le ferait pas ? Miss Orchard est en tête du cortège... Son odorat sait sans savoir. C'est elle qui risque de poser le plus de problèmes dans ses manœuvres. Il pourrait la neutraliser tout de suite et faire croire à un accident, mais ce n'est qu'un simple pasteur... Qui prêche la bonne parole et fait le bien autour de lui. Il n'a d'autres choix que de s'ennuyer sur la route. Il sera toujours bon de se rendre utile en temps voulu. Dépêchons-nous d'arriver !

© YOU_COMPLETE_MESS

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar
PNJ

Présence sur le forum : Présent - PNJ
Messages : 43
Date d'inscription : 14/07/2016

Votre personnage
Espèce: Toutes
Jauge d'âme:
1000/1000  (1000/1000)
Jauge de Puissance:
1000/1000  (1000/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mar 17 Oct - 14:05
VICTORIA CHILDREN.


Votre petit groupe avance, alors que vous essayez de faire connaissance entre vous.
L’arme de Lewis est loin de rassurer certains, et pourtant, bon nombre d’entre vous ont des armes. Vous avez décidé de les dissimuler et ne pas en parler. Est-ce bien prudent, alors que le climat entre vous n’est pas totalement au beau fixe ?

Alors que James tentait un rapprochement avec Joah, il semblerait que cette dernière ne veuille pas de ses excuses, et coupe court à la conversation sur cette vieille affaire. On peut dire que c’est tendu entre les deux.

Quant à Gaspard, il semble vouloir débriefer de la situation avec Nora et joue franc jeu avec elle. Pendant que le pasteur mystérieux et silencieux ne reste seul derrière en fermant la marche.

Certains d’entre vous on eu des indices au dernier tour compte tenu de leur remarques et bonus personnages. Sont-ils pertinents pour cette enquête ? Vous aideront-ils à résoudre l’affaire ? Que se passera-t-il ensuite? Vous allez bien le découvrir …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inspecteur Lewis
avatar
INSPECTEUR

Présence sur le forum : Absent - PNJ
Lien Fiche :
Messages : 9
Date d'inscription : 08/12/2014

Votre personnage
Espèce: Humain
Jauge d'âme:
600/1000  (600/1000)
Jauge de Puissance:
100/1000  (100/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mar 17 Oct - 15:00





A l’instant même où il finit de prononcer ces mots, James remarque le regard qu’elle lui porte. De bas au haut. La réponse ne se fait pas tardive, et elle est aussi cinglante que l’attitude… il pensait être pourtant parti sur un bon pied avec elle, voulait lui signaler que, malgré le fait qu’il était un inspecteur, il n’avait pas le même avis, ni n’était de la même trempe, que son supérieur Lord Randall.

 Cela fait sept ans, en vérité, que Randall cherche à me coffrer. Encore plus depuis mon retour en Angleterre. A croire que mon innocence a été perçue comme une défaite pour lui.  Si vous me pensiez innocente… alors pourquoi avoir laissé l’enquête traîner sur une longue année ? Je dois ma liberté à mes relations. Pas à Scotland Yard. Si la police avait fait son travail, je n’aurais pas eu à quitter l’Angleterre pour m’épargner la geôle.

Ces déclarations étaient claires. Nettes. Précises. Son animosité envers Scotland Yard était on ne peut plus certaines. Et bien qu’elle visait le police dans ses paroles, il ne put s’empêcher de prendre la remarque pour lui-même. Que savait-elle exactement des conditions de travail dans lesquels ils évoluent ?! La pression perpétuelle justement mises sur leur dos, par Randall lui-même, la presse, la famille royale … la vérité, n’était pas facile à trouver. Tout le monde ne coopère pas. Elle même ne l’a pas fait, en s’enfuyant ainsi.  Qui échappe à la police d’une telle manière si elle est innocente ? Ou du moins rien à cacher … James en était certain : elle était innocente, mais elle avait toujours cachée la vraie identité du véritable tueur en série. Une égoïste. Pensait-elle que le protéger soulagerait quelqu’un ? Des familles restaient sans réponses, encore aujourd’hui … et en souffrait véritablement. Certes, cela ne ramenait pas les morts … mais la vérité pouvait parfois aussi soulager des angoisses de ne pas savoir.

  J’espère que vous saurez vous montrer plus utile qu’elle, pour retrouver ces enfants.

Dire que James était frustré était un euphémisme. D’abord intimer l’idée que le coupable pourraient se cacher parmi eux, puis insinuer qu’il était aussi incapable que le restant des forces de l’ordre … il décida de ne pas répondre à la première question. Le méritait-elle cette réponse ? Ou le comprendrait-elle d’ailleurs…


Vous verrez ...

Il fut très sec dans sa réponse. Voire un chouilla vexé. Lui qui n’agissait toujours qu’en faveur du peuple, qui avait rassemblé tout ce beau monde pour enfin agir, malgré les ordres, qui prenait des risques … ce n’était pas seulement sa carrière qu’il mettait en jeu.

Il n’ajouta rien de plus, avant d’accélérer son pas, et de venir la dépasser. Il prit la tête du cortège, venant continuer à mener le groupe au premier endroit.

Ils arrivèrent à un carrefour entre deux ruelles, des habitations de chaque côté. Seuls des chats errants gambadait avec eux dans les rues, apparement … il attendit que tout le monde soit à son niveau.


C’est ici que le premier enfant a disparu.



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaspard Parker
avatar
SCIENTIFIQUE

Présence sur le forum : Présent

Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 63
Date d'inscription : 31/07/2017

Votre personnage
Espèce: Humain
Jauge d'âme:
400/1000  (400/1000)
Jauge de Puissance:
0/1000  (0/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mer 18 Oct - 13:25
Victorian Children

Il régnait une drôle d’ambiance au sein de la petite troupe, qui continuait à déambuler dans les rues. Aucun d’eux ne semblait réellement serein. Ce qui était dans un sens rassurant, chacun d’eux sachant qu’il s’agissait de circonstances exceptionnelles et que leur vie était probablement en jeu.
Il était préférable d’en avoir conscience. Et Parker aimait savoir que les personnes qui l’entouraient connaissaient les risques. Si cela ne garantissait pas la sécurité, cela évitait tout au moins que l’un d’entre eux ne se mette à agir comme une tête brûlée, en dehors de tout raisonnement logique.
Enfin…rien n’empêchait que la fatigue ou le stress ne fasse perdre les pédales à l’un d’entre eux.

▬ «Pour répondre à votre question... Je ne viens pas de la France, je suis née ici à Londres. C'est ma mère qui m'a apprise cette langue dès mon jeune âge. Je ne sais pas si ma mère était française, il faut dire que la vie me l'a enlevé bien trop vite. Trop tard dirait-on...»

Evitant subtilement de répondre à sa question concernant l’arme de l’inspecteur, elle semblait toutefois vouloir jouer la carte de la franchise. Ses propos concernant ses parents semblant assez plausibles et puis, qui irait inventer une histoire pareille ?

Le pasteur ne daigna même pas répondre à son interjection. Il ne semblait pas vouloir ou avoir besoin de parler. Se contentant de marcher. Parker releva l’absence de réponse ainsi que le comportement pour le moins étrange de cet homme. Il ne jouait pas dans la même cour qu’eux et il se débrouillait assez bien pour le leur faire comprendre. Mais dans ce cas, pourquoi avoir rejoint leur groupe ? Qu’est-ce qu’il attendait de cette soirée ?

▬ «Dites-moi monsieur Parker, que faites-vous dans la vie ?»

La jeune femme souriait, semblant être la plus détendue du groupe. A moins qu’elle ne donne le change. Laissant dans un coin ses pensées concernant l’homme d’église, il haussa les épaules affichant malgré lui un air désolé. Il aimait son travail, d’ailleurs il s’agissait plus d’une passion que d’un travail pour lui, mais il ne pouvait s’empêcher de songer, quand on lui posait la question, à ses années de médecine et à ses échecs. Echecs cuisants qu’il n’arrivait toujours pas à digérer malgré le temps.

« Je suis un scientifique. J’étudie les possibles…et ce qui ne l’est pas. »

Il savait que sa profession n’était pas en vogue. Beaucoup le jugeaient, l’accusaient de briser des rêves, d’attirer le mauvais œil à chercher des preuves là où il n’y en avait pas. L’Eglise elle-même était contre toutes ces avancées spectaculaires, qui pourtant amélioraient la vie des gens. Probablement parce qu’elle perdait l’emprise qu’elle avait depuis des années sur ces pauvres moutons.
Il tourna la tête brièvement vers la demoiselle.

« Et vous ? »

Le duo devant eux semblait avoir terminé de discuter. James s’éloignant d’un pas ferme pour prendre la tête des opérations. Avant de s’immobiliser en plein milieu d’un carrefour, provoquant une nouvelle fois l’étonnement de l’homme de science. Un endroit aussi exposé pour réaliser un enlèvement ? Et personne n’avait rien vu, rien entendu ? Cela ne pouvait s’expliquer que par deux raisons. Soit l’enfant connaissait le veilleur de nuit et l’avait donc suivi sans que cela ne trouble les parents et autres personnes. Soit le veilleur de nuit était une personne à l’aise et capable de mettre en confiance un enfant. Donc une personne qui n’avait pas un physique et une aura aussi froide que certains membres de leur groupe.

Il jeta un coup d’œil à gauche et à droite, pour voir s’il n’y avait pas des endroits dérobés. Des choses qui sembleraient inhabituelles. Tout en restant immobile. Pour le moment il n’avait pas envie de dévoiler ses hypothèses. Elles n’étaient pas assez solides et ne reposaient sur rien de concret.

Codage par Libella sur Graphiorum


HRP:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joah Andersen
avatar
PEINTRE

Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 53
Date d'inscription : 06/09/2017
Localisation : Sud de Londres.

Votre personnage
Espèce: humaine
Jauge d'âme:
500/1000  (500/1000)
Jauge de Puissance:
50/1000  (50/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Dim 22 Oct - 8:51
Victorian ChildrenPoor London
Can you see your children
as they slowly go to the dogs?




Eh bien… à en voir les réactions de celui-ci, ses propos n’ont clairement pas plu à l’inspecteur. Se sent-il insulté ? Blessé ? Après tout, il est vrai qu’il est venu vers elle en précisant que jamais il n’avait contribué aux accusations qu’on lui portait. Mais peu importe. Cette vieille histoire n’est pas le sujet de la soirée ; et il ne faudrait pas qu’un représentant des forces de l’ordre ne vienne y remettre son nez. Joah en a conscience, sans trop savoir pourquoi. C’est dangereux. Trop dangereux. Quelque chose ne va pas avec ces évènements, les réactions, les propos d’Isaac. Les souvenirs flous qu’elle en garde. La jeune femme ne sait pas par quel miracle elle est encore en vie ; mais elle sait que n’importe quelle autre personne serait morte. Bien qu’elle ait une aversion totale envers la police, James ne semble pas être un homme mauvais. Peut-être trop idéaliste, mais décidément pas un mauvais bougre. Alors, qu’il soit blessé. Qu’il s’éloigne, tant mieux. Au moins vivra-t-il plus longtemps.

Une réponse, sèche, et l’inspecteur s’éloigne. Laissant Joah seule un instant, la mine plus sombre. Le regard de l’artiste suit un instant l’homme de loi, avant de retourner sur les autres protagonistes de cette soirée. Le scientifique et Nora semblent être en pleine conversation, alors que le pasteur ferme la marche. Hésitant un instant, la jeune femme n’a finalement pas le temps d’aller le voir, car voilà James qui s’arrête et attend que tous soient à leur niveau pour parler.

« C’est ici que le premier enfant a disparu. »

Joah se tait, observant autour d’eux. Un carrefour. De chaque côté, des habitations. Etrange… l’endroit est pourtant très exposé aux regards. Personne n’a donc rien vu ? Entendu ? Un frisson coure le long de son échine. Personne n’est donc à l’abri… Cette révélation lui fait l’effet d’un coup de massue, alors que la jeune femme reste sonnée un instant, cherchant désespérément du regard un coin sombre, une ruelle dérobée ou l’enlèvement aurait pu être commis… mais il n’y a rien. Il est possible que l’enfant ai suivi le Veilleur de sa propre volonté. Que le malfaiteur ait une présence assez rassurante pour qu’un gamin ne se pose aucune question à son sujet, et le suive sans dire mot.

Ce n’est qu’en remarquant le tremblement de ses mains, dissimulées dans les poches de son manteau,  que Joah prend conscience de sa propre détresse. Un instant, l’idée lui vient d’abandonner le petit groupe à leurs recherches, et de courir rejoindre Vincent. S’assurer qu’il n’a rien. Mais si elle part… elle n’aura pas de réponses. La danoise espère fortement que Mrs Grey a couché son fils, comme d’habitude, et que l’idée de faire une escapade nocturne n’est pas venue à celui-ci… après tout, elle-même n’est pas le meilleur exemple à donner à un enfant.

« C’est étrange. L’endroit est dégagé. Et personne n’aurait rien remarqué ? »

Avant même qu’elle le réalise, Joah se met à parler. Un moyen pour contenir l’angoisse. Et personne n’a pipé mot, depuis qu’ils se sont stoppés. Sa dernière question s’adresse à l’inspecteur. Ou à ceux qui connaitraient la réponse.

« Quel âge avait l’enfant ? Lorsqu’ils sont jeunes, ils font trop souvent confiance aux inconnus… »

Elle est bien placée pour le savoir. Combien de fois a-t-elle répété à Vincent de ne suivre personne d’autre qu’une figure approuvée par sa mère ? Sans être sûre qu’il l’écoutait réellement…

Le regard de Joah parcoure une fois de plus la ruelle. Puis les fenêtres des habitations, une à une, avant de se poser sur les toits. Le ciel nocturne rend difficile de discerner les astres de la toiture.



© 2981 12289 0

HRP:
 


Jeg taler ind #9999cc
Thème de Joah ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nora Orchard
avatar
GARDIENNE

Présence sur le forum : Présente
Lien Fiche :
Fiche Relations :
Fiche Rps :
Messages : 255
Date d'inscription : 03/02/2016
Age : 22
Localisation : Forêt

Votre personnage
Espèce: Loup-garou
Jauge d'âme:
250/1000  (250/1000)
Jauge de Puissance:
200/1000  (200/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Lun 23 Oct - 23:34
Victorian ChildrenInspecteur Lewis, Gaspard, Joah, Jeremy"Beware, beware, be skeptical of their smiles, their smiles of plated gold, deceit so natural, but a wolf in sheep's clothing is more than a warning"▬ « Je suis un scientifique. J’étudie les possibles…et ce qui ne l’est pas.»

Les premiers à tombés, pensais-je. À force de trouver une explication logique à tout ce qui n'est pas logique ce scientifique causera sa perte si il ne fait pas attention. C'est bien malheureux,
mais c'est comme ça que la vie fonctionne avec les humains et les créatures qui ne sont pas censés exister cela dit. Tout ne tourne pas à la logique, j'en suis la preuve vivante qu'il existe autres créatures existant dans ce monde et pas juste les humains qui ne cessent de ce jeter le blâme.Je jette le blâme à ceux qui font du tord et qui tuent sans merci. Et surtout ceux qui kidnappe des enfants sans but précis. Cette personne qui est derrière tout ça en fera quoi des enfants ?
Il ou elle va s'en servir comme trophée ? Comme des poupées de chiffons ? Comme... Je n'ose même pas imaginer la suite. Cela m'attriste qu'une personne aussi cruel s'en prenne à des êtres aussi innocentes soit-il. J’espérais vivement que nous allons tous les retrouvés sains et sauf.

▬ «Et vous ?»

Monsieur Parker s'était retourné en ma direction pour me retourner la question. Moi ? Qu'est-ce que je faisais ? Rien d'exceptionnel, mais j'allais joué l'honnêteté avec lui, il était digne de confiance jusqu'à preuve du contraire.

▬ «Une simple gardienne d'enfant. Cette cause me touche énormément. Je souhaite qu'il ne soit rien arrivé à ces enfants...»

J'affichais une mine triste et pourtant c'était la stricte vérité. Si il devait arrivé quoique ce soit aux enfants, ils le paieront... Pas ceux qui enquête sur ce cas, mais celui ou celle qui est derrière tout ça. Je me concentrais sur James qui avait prit les devants, avait-il donc terminé sa conversation avec mademoiselle Andersen ? Probablement. Soudainement il s'arrêtait dans un carrefour entre deux ruelles. Des habitations sur chaque côté.

▬ «C’est ici que le premier enfant a disparu.»

À cette révélation je fronçais les sourcils. Quelque chose n'allait pas et pourtant l'indice ce trouvait ici. Des habitations sur chaque côté et personne n'aurait vu la scène ? Ni avoir entendu un quelconque bruit suspect ? Plusieurs théorie vint à mon esprit, mais je me doute qu'aucune n'est correcte. Quand j'étais jeune ma mère m'a toujours répéter de ne pas suivre aucun inconnu et pourtant aucun malheur m'est arrivé, car j'ai écouté ses conseils, mais ces enfants... Je secouais légèrement la tête cherchant quelque chose à dire là-dessus, mais la demoiselle fut plus rapide.

▬ «C’est étrange. L’endroit est dégagé. Et personne n’aurait rien remarqué ?»

Elle n'avait pas tord, elle avait raison. C'était étrange. Comme si cette personne était un fantôme, comme si l'enfant l'aurait suivit de son plein gré sans que personne n'en prenne conscience... Est-ce quelqu'un de normal qui aurait fait ça ou quelqu'un du type comme moi ? C'était effectivement étrange et embêtant à la fois.

▬ «Quel âge avait l’enfant ? Lorsqu’ils sont jeunes, ils font trop souvent confiance aux inconnus… »


Je ne lâchais pas du regard de l'endroit exacte où fut enlevé l'enfant. Je glissais mes mains sur mes hanches observant les alentours comme si je cherchais un quelconque indice. Mais rien. Je grognais intérieurement poussant un léger soupire.

▬ «Mademoiselle Andersen a raison, c'est étrange que personne n'est remarqué quelque chose pourtant ce n'est pas les habitations qui manquent. Est-ce qu'on a questionné les habitants si ils ont remarqués quelque chose ?»

Je détournais légèrement mon regard vers James. Malgré qu'il était "armé" ça ne faisait pas lui le coupable, c'était juste au cas où il se produirait quelque chose. S'assurer de notre sécurité. Mon instinct pouvait bien se tromper, ça l'arrive de faire une confiance aveugle envers une autorité, mais au fond de moi j'espérais de ne pas me tromper. Je détournais légèrement mon regard pour regarder brièvement Gaspard, Joah ainsi que Jeremy qui restait toujours à l'écart. Jusque là il a su calmer la foule, mais à quoi il songeait ?

▬ «Qu'en pensez-vous monsieur Rathbone ? Pensez-vous qu'un enfant puisse faire confiance à un inconnu jusqu'à le suivre sans laisser aucune trace ?»

Je ne voulais pas le force à parler, mais jusque là c'était la seule personne qui avait un certain "bon sens" à cette affaire. Il différent des autres personnes ici présent. J'en étais certaine à présent il était un démon. Ironique n'est-ce pas ? Un pasteur démon, je lâchais un petit sourire en coin avant de lever mon regard vers le ciel. Je soufflais doucement laissant tomber mes mains sur chaque côté de mon corps. J'espérais vivement que nous allons les retrouver. Je pourrais pister l'odeur de l'enfant si j'aurais un objet qu'il lui appartenait, je pourrais le faire, mais ça signifierais que je me dévoilerais au grand jour. Je ne voulais pas de ça. On était toujours seuls, pas de signe de malveillance aux alentours et surtout pas de signe de ce veilleur de nuit. La soirée risque d'être longue, mais nous allons écartés aucune piste.  

© 2981 12289 0

HRP:
 


The beast is there. The beast approaches. The beast is feverish. The beast wants to express itself. Time is running out. You understand ?Nobody can save you! Nobody will! You are a monster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Rathbone
avatar
PASTEUR

Présence sur le forum : Présent - PNJ
Lien Fiche :
Messages : 8
Date d'inscription : 23/09/2017
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Mer 25 Oct - 18:08
Victorian ChildrenInspecteur Lewis & Gaspard Parker & Joah Andersen & Nora Orchard
Le pasteur délaisse les groupes et regarde partout autour de lui. A première vue, il n'y a que des habitations, dans un état pas très reluisant il faut se l'avouer. Un peu plus loin, un carrefour. L'inspecteur s'arrête à cet endroit précis, mentionnant que le premier enfant fut enlevé à cet endroit-même. Son regard implacable inspecte au loin de chaque ruelle. Il garde ses mains jointes entre elles, comme s'il priait en silence. Le lieu n'est pas très discret ! N'importe qui aurait pu voir la scène. À moins que cela ait eu lieu de nuit... Son regard se penche sur les deux pauvres malheureux lampadaires bordant une seule des ruelles. Une isolation totale des regards indiscrets. Mais ca n'explique en rien l'enlèvement de l'enfant.

Jérémy observe tour à tour les réactions de chacun. Lewis ne dit plus rien et reste les bras croisés, les yeux dans le vide. Le scientifique n'en touche pas un seul mot non plus. S'il tente une approche réaliste, il va en avoir pour quelques minutes de réflexion. Seules les deux jeunes femmes semblent s'inquiéter réellement de la place concernée. Miss Andersen évoque la vue dégagée des ruelles, comme si elle l'avait entendu réfléchir, et lance une réflexion simple sur l'âge présumé de l'enfant. Elle a raison sur ce point. À un certain âge, ils ne font plus attention et suivraient le premier venu jugé à tort sympathique. Le Veilleur de Nuit a donc une certaine facilité pour entourlouper les enfants. Miss Orchard, quand à elle, appuie les dires de sa comparse féminine et demande si un interrogatoire fut mené auprès des habitants du secteur. Bonne approche également... Bien que le pasteur soupçonne une quelconque peur de la part de ces citoyens. C'est sa question suivante qui le fit tiquer. La jeune louve lui demande son avis ! Jérémy a de profonds doutes sur elle. Son odorat est plus développé que tous les autres, pourquoi ne sent-elle rien ? En tant que femelle, le sort des enfants doit la toucher bien plus que Miss Andersen. Malgré son hésitation sur sa volonté de les retrouver, le pasteur approuve d'un geste de la tête et parle :

« Ce que je ne comprends pas en premier lieu, c'est que cet enfant se soit retrouvé seul à ce carrefour. Où étaient ses parents ? Londres n'est pas sûre dans ces coins reculés... Mais oui Miss Orchard. Sa jeunesse aura eu raison de sa perte. Un adolescent se serait rebellé sans la moindre hésitation. Je ne lui donne pas plus d'une dizaine d'années... »

Son regard se tourne sur les deux hommes, qui ne bronchent pas. Le scientifique a t'il prit en compte ces mots ? Un regard perçant s'échappe du pasteur à son encontre. Cet imbécile binoclard risque d'être assommant... et très difficile à convaincre si les raisons sont autres que logiques. Pourquoi doit-il s'affubler de ce gars-là ? Miss Orchard suffirait amplement. Mais il n'a pas le choix que de coopérer donc... Sans émettre la moindre hypothèse supplémentaire, le pasteur s'adresse à Lewis, bien trop sur la réserve :

« Qu'avez-vous à nous apprendre sur ces lieux, Inspecteur Lewis ? »
© YOU_COMPLETE_MESS

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
avatar
PNJ

Présence sur le forum : Présent - PNJ
Messages : 43
Date d'inscription : 14/07/2016

Votre personnage
Espèce: Toutes
Jauge d'âme:
1000/1000  (1000/1000)
Jauge de Puissance:
1000/1000  (1000/1000)
MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   Ven 27 Oct - 13:47
VICTORIA CHILDREN.



L'ambiance entre vous n'a pas l'air de s'être arrangée. Du moins sauf pour ce qui est de Gaspard et de Nora, qui échange l'un et l'autre sur eux-mêmes.

Une fois sur la scène du premier enlèvement, tout le monde s'accorde à dire que l'endroit est bien trop exposé. Des habitations de chaque côté. Pourquoi personne n'a été témoin de cette disparition ? est-ce que le veilleur peut mettre en confiance les enfants aisément ? Est-ce qu'il connaissait celui-ci ? Et surtout par où a-t-il pu s'enfuir avec un enfant ?

Toutes les réponses à vos questions seront sans doute apportées par James Lewis. Et il est impératif d'en avoir. Car après tout, vous avez tous plus ou moins un lien très fort avec les enfants … et vous irez sans doute jusqu'au bout pour connaître la vérité et les retrouver.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Chapitre 1 : Victorian Children. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Chapitre 5: La guerre est une horreur [Event]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
  :: Le temps d'un craquement :: Rps Terminés-